La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > Faits de société > Loup, y es-tu ?

Loup, y es-tu ?

mardi 19 janvier 2021, par René Merle

La présence du loup est de plus en plus attestée dans notre département et dans celui limitrophe des Alpes Maritimes, et il apparaît même désormais dans les zones côtières… Ce qui n’a pas manqué de raviver l’éternelle discussion entre « pro » et « anti », courriels et pétitions à l’appui.
J’avais il y a quelques années écrit cette pochade, que je vous ressers donc à l’occasion…

« Si lors d’un barbecue entre amis (amis éleveurs dispensés), devant de bonnes côtelettes d’agneau, la conversation tombe quelque peu, ravivez-la par le thème du Loup...
Effet de relance assuré...
— Notre frère loup revenu hanter en digne prédateur des solitudes pastorales, juste revanche sur les impitoyables éliminations d’espèces par nous menées, et assumées...
— Ce salaud de loup qui (métaphore d’autres invasions) vient en catimini de l’étranger, avec la complicité de bobos inconscients, mettre à mal le travail d’éleveurs accrochés à leur montagne...
— Ce loup qu’il convient de défendre tout autant qu’il convient de défendre les éleveurs (auxquels on conseille clôtures, chiens patous et autres mesures défensives, à l’italienne ou à l’espagnole)...
— Ce loup qu’il faut abattre avant qu’il ne fasse souche de façon totalement incontrôlable : vous vous imaginez avec des hordes de loups partout...
— Ce loup qui n’attaque pas l’homme, et que l’on charge des attaques commises contre les troupeaux par des chiens, errants ou pas errants...
— Qui n’attaque pas l’homme ? Et la Bête du Gévaudan ! Tant d’enfants, d’adolescents et de femmes attaqués, tués et dévorés entre 1764 et 1767 dans ce malheureux Gévaudan oublié de Dieu...
— Mais la bête n’était pas un loup, à preuve, les paysans qui l’avaient vue l’appelaient "la bestio", et non pas le loup...
— Un super-loup alors...
— Mais non, un hybride de molosse et de loup, élevé et manipulé par un tueur psychopathe, qui finira par tuer sa créature !
— À d’autres, la France d’alors a vu se multiplier les loups, et les "bêtes", au point qu’il a fallu faire donner l’armée, c’est à cela que vous voulez revenir ?
Etc. etc.
Passé ce stade initial de l’empoignade, viennent des arguments plus véhéments :
— Mais pourquoi manies-tu une bombe anti-moustique ? Les moustiques, même tigres, n’ont-ils pas droit à la vie ?...
— J’aimerais que notre biotope montagnard permette la réintroduction générale de l’ours...
— Tu mériterais de te faire piquer par la dernière des vipères...
— J’ai un faible pour le bébé mammouth, j’espère que l’insémination de l’éléphante réussira...
— Et quid du tigre aux dents de sabre, qui chassait jadis sur nos terres ? Ne conviendrait-il pas de lui redonner sa chance ?
Interruption du maître des lieux :
— Côtelettes d’agneau ? Je refais une tournée ? »

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP