La Seyne sur Mer

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Amérique latine > Atahualpa Yupanqui, « ¿dónde está Dios ? », Où est Dieu ?

Atahualpa Yupanqui, « ¿dónde está Dios ? », Où est Dieu ?

dimanche 24 janvier 2021, par René Merle

Atahualpa Yupanqui - Preguntitas sobre Dios - Petites questions sur Dieu

Un día yo pregunté : 
Abuelo, dónde está Dios. 
Mi abuelo se puso triste, 
y nada me respondió. 



Un jour, j’ai demandé : « Grand-père, où est Dieu ? » Mon grand-père devint triste, et ne me répondit rien.

Mi abuelo murió en los campos, 
sin rezo ni confesión. 
Y lo enterraron los indios, 
flauta de caña y tambor.

Mon grand-père est mort dans les champs, sans prière ni confession. Et les Indiens l’enterrèrent, flûte de roseau et le tambour.

Al tiempo yo pregunté : 
¿Padre, qué sabes de Dios ? 
Mi padre se puso serio 
y nada me respondió. 

Mi padre murió en la mina 
sin doctor ni protección. 
¡ Color de sangre minera 
tiene el oro del patrón !

Le temps venant je demandai : Père, que savez-vous de Dieu ? Mon père devint sérieux et il ne me rien. Mon père est mort dans la mine sans docteur ni protection. Il est couleur de sang de la mine, l’or du patron.

Mi hermano vive en los montes 
y no conoce una flor. 
Sudor, malaria, serpientes, 
la vida del leñador. 

Y que nadie le pregunte 
si sabe donde está Dios. 
Por su casa no ha pasado 
tan importante señor. 


Mon frère vit dans les montagnes et ne connaît aucune fleur. Sueur, malaria et serpents, telle est la vie du bûcheron. Et que personne ne lui demande s’il sait où est Dieu. Par sa maison n’est pas passé un si important monsieur.

Yo canto par los caminos, 
y cuando estoy en prisión 
oigo las voces del pueblo 
que canto mejor que yo. 

Hay un asunto en la tierra 
más importante que Dios. 

Y es que nadie escupa sangre 
pa que otro viva mejor. 


Je chante par les chemins, et quand je suis en prison, j’entends la voix (les cris) du peuple qui chante mieux que moi. Il y a un sujet sur la terre plus important que celui de Dieu, c’est que personne ne crache (ne devrait cracher) du sang afin qu’un autre vive mieux.

¿Que Dios vela por los pobres ? 
Talvez sí, y talvez no. 
Pero es seguro que almuerza 
en la mesa del patrón. 



Est-ce que Dieu veille sur les pauvres ? Peut-être oui, peut-être non. Ce qui est certain est qu’il mange à la table du patron.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP