La Seyne sur Mer

Accueil > φιλοσοφία > De la perte des repères, et de la menace autoritaire

De la perte des repères, et de la menace autoritaire

mercredi 24 février 2021, par René Merle

La fin de la "place de surplomb" du Léviathan ? Sans doute, mais de ce vide, quelle aspiration surgira d’un grand coup de balai despotiste ?
À ce propos, quelques lignes qui font réfléchir, du psychanalyste et essayiste belge Jean-Pierre Lebrun [1]
« À notre époque, comme les repères s’équivalent , ils s’annulent mutuellement : une opinion peut être d’emblée battue en brèche par une autre, un avis est susceptible d’être aussitôt contré, un savoir peut immédiatement en susciter un autre qui ira dans le sens inverse. Et par rapport à cette pluralité des interprétations possibles, tout se passe comme si nous n’arrivions plus à choisir, parce que nous ne pouvons plus accepter qu’il faille choisir, c’est-à-dire accorder une prévalence, établir une hiérarchie, réaliser un ordonnancement. Choisir est devenu comme incongru, une tâche désormais désuète. En fait, plutôt trop risquée, voire dangereuse. D’autant plus que cela suppose, par définition, de consentir à perdre… ce qui n’a pas été choisi. Pourquoi devrions-nous perdre quoi que ce soit, si le choix peut être évité ? Autrement dit, ce qui s’entretient au travers de tout cela, c’est le rêve du tout possible, c’est qu’il s’agit de pouvoir tout avoir, tant le beurre que l’argent du beurre. »
[…]
Et dans cette « véritable mutation du lien social », « la référence que l’on faisait spontanément à une place de surplomb, différente des autres, forcément prévalente, à laquelle chacun reconnaissait spontanément une légitimité, - ce que l’on trouve évidemment dans le champ religieux avec la place de Dieu, mais pas seulement , car cette place, on y reviendra, en justifie beaucoup d’autres – n’est plus de mise. Cette place, celle en fait de la plupart des figures d’autorité, se trouve désormais discréditée, jusqu’à même, souvent, ne plus avoir droit de cité. »
La fin du Léviathan ? Je repose la question initiale de ce billet, car chez nous comme ailleurs les postulants se pressent dans l’avènement du grand coup de balai despotique, à l’ombre du képi d’un certain général ou dans l’adoration du credo néo-libéral version dure...

Notes

[1Jean-Pierre Lebrun, La condition humaine n’est pas sans conditions. Entretiens avec Vincent Flamand, Denoël, 2010.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP