La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XIXe siècle (jusqu’en 1914) > Marx-Engels avant 1852 > Marx, textes de jeunesse et marxisme léninisme...

Marx, textes de jeunesse et marxisme léninisme...

lundi 26 avril 2021, par René Merle

Encore un mot pour les quelques lecteurs de ce site qui s’intéressent au marxisme, s’il en demeure encore...
Avant tout, je tiens à dire que, et ce n’est pas original, à 85 ans et après de longues années de militantisme, je me demande toujours si je suis marxiste.
Car, je l’ai souvent dit, je me perds un peu entre marxistes, marxiens, et autres marxologues de la chaire ou de la marge. En tout cas, ils en savent plus long que moi sur l’œuvre de Marx, dont je suis loin d’avoir achevé la lecture, si tant est que je l’achèverai un jour.
Mais quelles lectures ?
S’agit-il de suivre le Marx de la maturité dans son analyse du mode de production capitaliste, et d’en prolonger les acquis aujourd’hui ? Un Marx que les crises actuelles en remis à l’honneur ? Je me range volontiers dans les rangs de ceux qui prennent ce chemin. Encore que, je l’avoue, je suis bien loin d’avoir dépouillé tout Das Capital/
Mais s’agit-il aussi de se retrouver dans les textes du jeune Marx [1], textes qui, rappelons-le, n’ont vraiment été connus que dans les années 1930, grâce notamment au travail acharné de Riazanov (obligement fusillé en 1938 sur ordre de Staline [2]) ?
Pourquoi pas ? J’ai été et je suis bon lecteur.
Mais en prenant bien conscience que, depuis la mort de Marx en 1883, et jusqu’à l’oreille des années 1920, ni la social-démocratie européenne organisée, et ni le communisme, tout en se proclamant marxistes, ne connaissaient ces textes de jeunesse, textes que le Marx de la maturité n’avait d’ailleurs pas jugé utile de faire connaître, et qu’il avait oubliés dans ses tiroirs.
Il est devenu banal aujourd’hui de renvoyer nos sociaux démocrates et nos communistes d’antan à leur ignorance de ces textes jugés si fondamentaux qu’ils figurent désormais dans les programmes scolaires. Et, partant, il est devenu banal de les accuser d’avoir trahi le "vrai marxisme" humaniste, qu’en fait ils ignoraient.
Du coup, beaucoup en profitent pour renvoyer aux égouts de l’histoire la « cécité » social-démocrate d’avant 1914, puis la « cécité » communiste du XXe siècle embaumée dans l’alignement Marx-Engels-Lénone-Staline...

"Régénérons nous dans la pure source marxienne des années 1842-1846, et faisons la croix sur l’épisode Lénine-Staline, qui en définitive n’avait rien de marxiste...
On le voit, les mots se laissent dire. Et il est un peu trop facile d’effacer les expériences qui ont couru depuis 1917 sur trois continents par un renvoi à L’idéologie allemande de 1845-1846…
Au terme d’une existence militante (à ma façon), je ne vois pas comment je pourrais me proclamer marxiste aujourd’hui si je n’endossais pas, de façon critique certes, le marxisme sectaire et réducteur de ceux (socialistes et communistes d’antan, je le répète) qui, à raison et souvent à tort, se sont proclamés marxistes entre 1917 et 1991. « Marxisme » auquel j’ai adhéré et dont je dois comprendre pourquoi il a motivé des millions et des millions d’hommes et de femmes....

Notes

[1Vous en trouverez bon nombre d’extraits sur ce site. Cf. : Marx-Engels avant 1852.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP