La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XIXe siècle (jusqu’en 1914) > Communes de 1870-1871 > Quand la Commune de Paris anticipait sur Jules Ferry et sur le Petit Père (...)

Quand la Commune de Paris anticipait sur Jules Ferry et sur le Petit Père Combes

vendredi 26 mars 2021, par René Merle

La décision fondamentale fut donc de proclamer la séparation de l’Église et de l’État, et l’instauration de l’école laïque gratuite, y compris dans les fournitures scolaires.
Deux mesures révolutionnaires vouées aux gémonies par toute la presse versaillaise du temps, c’est-à-dire la presque totalité de la presse.
L’avenir trancha…
La Commune manifesta un intérêt particulier pour l’enseignement technique et l’éducation des filles.
La cheville ouvrière de sa commission de l’instruction publique fut le militant blanquisme Édouard Vaillant, qui était aussi gérant du Journal officiel de la Commune.



D’autres audacieuses mesures de la Commune ne seront pas reprises ultérieurement par les républicains vraiment au pouvoir à partir de 1879, puis par les radicaux.
En effet, en ce qui concerne l’avènement d’une véritable démocratie, la Commune initia une réforme humanisation de la Justice, en introduisant l’élection des magistrats à partir d’une liste de personnes aptes au poste et révocabilité, la gratuité totale des actes de justice, la fonctionnarisation des huissiers, notaires, greffiers.
La guillotine est symboliquement brûlée.
Sont également assurés le mariage libre par consentement mutuel et la légitimité des enfants naturels reconnus.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP