La Seyne sur Mer

Accueil > Personnel : écriture, souvenirs > Souvenirs personnels, réactions très personnelles... > Léo Ferré, le pauvre Rutebeuf

Léo Ferré, le pauvre Rutebeuf

samedi 3 avril 2021, par René Merle

Magnifique mise en musique de quelques-uns des rudes mais nostalgiques octosyllabes du pauvre jongleur Rutebeuf, qui ont cheminé jusqu’à nous depuis le Paris du XIIIème siècle, et que tant d’interprètes ont chanté après Ferré, en rencontrant notre sensibilité contemporaine Une de mes plus émouvantes découvertes de ma vie antérieure... 1955, j’avais vingt ans.


Mais reportez-vous donc au texte originel, si vous voulez en retrouver la vérité et la prosaïque saveur :
https://fr.wikisource.org/wiki/Rutebeuf_-_Œuvres_complètes,_1839/La_complainte_Rutebeuf

1 Message

  • Léo Ferré, le pauvre Rutebeuf Le 4 avril à 09:01, par MP

    Oui, texte magnifique. En fait Ferré a puisé dans plusieurs textes différents, La complainte Rutebeuf, mais aussi la Grièche d’Hiver, et le Mariage Rutebeuf. La chanson a eu de multiples interprètes, dont Joan Baez. La petite histoire bien connue, c’est que quand Cora Vaucaire remplaça "cul" par "coeur" dans sa version, Ferré voulut envoyer un télégramme (il n’y avait pas encore d’email à cette époque) ainsi rédigé : "De mon temps, on ne confondait pas encore le cul et le cœur. De l’autre bout du monde : Rutebeuf" Il paraît que l’employé des postes le refusa au motif qu’il contenait des "propos orduriers" ;-) Une très belle interprétation est celle du regretté Philippe Léotard, frère du ministre, dans son très beau disque d’hommage à Léo Ferré. La voix n’est pas toujours très juste, mais touche par son expressivité bouleversante.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP