La Seyne sur Mer

Accueil > Identités, régionalismes, nationalisme > Ile de Pâques

Ile de Pâques

dimanche 4 avril 2021, par René Merle

Le dimanche de Pâques 1722, le navigateur hollandais Jakob Roggeveen "découvrit" Rapa Nui, qu’il baptisa Paaseiland, l’Île de Pâques, isolée depuis des siècles. De visite en visite les navigateurs européens amenèrent la syphilis et autres bacilles, enlevèrent des femmes, et apportèrent enfin la vraie religion, le christianisme bien sûr. Puis au XIXe siècle les esclavagistes sud-américains achevèrent le travail en déportant la grande majorité des hommes vers les gisements de guano péruviens. La variole et autres maladies achevèrent le malheur. Un missionnaire français sauva une poignée d’habitants en les envoyant à Tahiti. Ce qui restait d’insulaires fut parqué par le gouvernement chilien qui s’appropria l’île et la confia à un entrepreneur exploiteur britannique.
Rapa Nui revient de loin... La liberté est revenue avec la fin de Pinochet. L’identité polynésienne est affirmée. Aujourd’hui Internet et Facebook sont dans tous les foyers, et depuis que la Nasa a construit une piste géante pour sa navette, la marée touristique submerge le pays des Moaïs, pour le meilleur et parfois pour le pire.
Ansi va l’Histoire...
Ci-dessous, une aquarelle du navigateur Pierre Loti, (le 7 janvier 1872 au soir), qui exprime bien la déréliction de ce pays alors en perdition...

Mais rassurez-vous, si les moaïs sont toujours là, ils sont ceinturés de touristes photographes (j’en fus) et souvent de 4x4...

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP