La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > Classes sociales et Mouvements sociaux contemporains > Classes sociales et groupes sociaux > « Blog bourgeois » et multitude populaire éclatée…

« Blog bourgeois » et multitude populaire éclatée…

mardi 6 avril 2021, par René Merle

Thomas Piketty a résumé en quelques lignes le rapport de classes actuel [1] :
« La République en marche a fait de façon spectaculaire la synthèse entre la gauche brahmane [2] et la droite marchande. Elle a agrégé les groupes les plus favorisés par les revenus, le patrimoine ou les diplômes, de droite et de gauche. Emmanuel Macron a créé la base électorale la plus favorisée de toute l’histoire électorale française. Cette fusion des élites, c’est ce que Bruno Amable et Stefano Palombarini ont appelé « le blog bourgeois [3] ».
L’assurance du Président Macron, qui a osé demander le 31 mars « un effort des soignants d’abord, pour augmenter nos capacités de réanimation », témoigne de la distance astronomique et de la morgue qui séparent ces « élites » de la réalité populaire.

Si les membres de ce « blog bourgeois » élitiste ont, plus ou moins clairement, conscience de leur identité et de leurs intérêts de classe, il est loin d’en aller ainsi dans la multitude immense qui leur fait face, ou plutôt qui leur devrait faire face. Multitude où les retraités sont nombreux, où les salariés sont largement majoritaires (dans leur grande variété de situations), mais où se côtoient aussi, sans fraterniser vraiment, le petit peuple artisan, commerçant et paysan, et la masse des demandeurs d’emploi... Une multitude diverse générationnellement, catégoriellement, idéologiquement, religieusement, géographiquement. Bref, une multitude de monades grandement dépourvue de la conscience d’intérêts communs, et que rassemblent seulement, au quotidien, grands ou petits écrans dispensateurs de ce que « nul ne saurait ignorer »… Une multitude de monades que des dirigeants historiques de la gauche croient bon affubler du terme rassembleur, magique et respecteux, "les Gens". C’est à eux par exemple que Mélenchon s’adresse par scansions oratoires, ou ce que disait le pCF au temps de Robert Hue... "Les gens" ont remplacé les références de classes et d’opinions.
Mais chez "les Gens", les notions historiques de « peuple de Droite » et de « peuple de Gauche » sont plus que malmenées, même s’il leur demeure quelques restes. Et l’abstention, massive et croissante, atteste de leur effacement, au profit d’une indifférence souvent haineuse.
Pour nous en tenir au peuple dans lequel je m’inscris, le fameux « peuple de gauche », il semble partagé entre l’aspiration à l’unité des mouvements qui se réclament de lui, et le scepticisme devant une alliance purement électorale dont les avatars précédents, de Mitterrand à Jospin, et de Jospin à Hollande, se sont toujours soldés par l’abandon des promesses…
Une exception confirme cette donne générale d’éclatement et de désintérêt politique : la réussite historique du Rassemblement national, ex-Front national, qui, depuis plus de trois décennies, et sans efforts particuliers de militantisme, a solidifié un socle électoral populaire massif et, les sondages en attestent, l’élargit dans la catégorie des jeunes adultes.
Les lendemains ne chantent pas vraiment, si on ne les considère qu’à l’aune d’une issue politique électorale. Mais est-elle la seule ?
Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que c’est sur un autre terrain que la partie se jouera, quand le ras-le-bol éclatera !

Notes

[1L’Obs, n° 2944, 1er au 7 avril 2021

[2Je cite Piketty : « C’est une étiquette un peu ironique. Dans le système indien des castes, les brahmanes sont la classe intellectuelle, anciennement celle des prêtres. C’est celle des enseignants, des lettrés, par opposition aux castes marchandes ou guerrières. La gauche brahmane renvoie aux électeurs les plus diplômés qui se sont mis à voter à gauche ».

[3Bruno Amable et Stefano Palombarini : L’illusion du bloc bourgeois, Raisons d’agir, 2018

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP