La Seyne sur Mer

Accueil > Identités, régionalismes, nationalisme > Défier la mort ?

Défier la mort ?

dimanche 9 mai 2021, par René Merle

Défier la mort ?

Cf. : Images des morts
J’écrivais à la fin de cet article :
« Pour autant, je me suis défaussé du titre de ce billet en ne parlant que de nos deuils et de nos anciens. Quid de l’image des autres disparus, cette foule humaine sans cesse croissante depuis l’apparition, la dispersion et la multiplication des premiers groupuscules d’humains lâchés, par force, dans l’aventure de la survie. J’avoue avoir à ce propos quelques considérations iconoclastes (c’est bien le mot !). J’y reviendrai peut-être. »
Non, je ne faisais pas allusion à cette crainte superstitieuse qui nous fait dire, avec Brassens.
« Un’ fois qu’ils ont cassé leur pipe
On pardonne à tous ceux qui nous ont offensés
Les morts sont tous des braves types »
Je parlais bien stricto sensu de l’image des défunts, et de ce désir incoercible de savoir comment ils étaient, à quoi ils ressemblaient. Désir que ne peut combler la photo, le tableau, la sculpture, et que rien ne peut plus porter au-delà des époques historiques, sinon la redécouverte du crâne, sur lequel d’habiles spécialistes remodèlent un visage, que ce soit celui d’Henri IV ou de l’homme de Neandertal. Désir couvert de recherche historique, anthropologique, ethnologique, qui fait que sans arrêt sont retournées les tombes, y compris les plus dissimulées et les plus protégées par leurs malédictions. J’avoue être profondément gêné par ces recherches, même si je les comprends. On viole un enfouissement que ses protagonistes avaient cru éternel, et pour beaucoup sacrés.
À ce propos, une des situations les plus paradoxales est celle des tombes égyptiennes du Fayoum, où des centaines de panneaux ou de linceuls en lin portant le portrait du défunt ont été retrouvés sur les fameuses momies à portrait de Grecs et Romains établis en Egypte (du dernier siècle JC avant au troisième de notre ère). Curieuse délectation esthétique que celle procurée par des œuvres qui se voulaient à jamais encloses dans l’intimité du tombeau…

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP