La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > 1945-2000 et au-delà > CHARONNE - 8 FÉVRIER 1962

CHARONNE - 8 FÉVRIER 1962

mardi 25 mai 2021, par René Merle

En ce printemps où se réveille le souvenir de la fin des "événements" d’Algérie, comme on les désignait dans les médias aux ordres, il n’est sans doute pas inutile, surtout pour les plus jeunes, de lire l’étude d’Alain Dewerpe, Charonne 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Gallimard, Folio histoire, 2006.
Alain Dewerpe est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Il est aussi le fils de Fanny Dewerpe, une jeune femme de 30 massacrée, ainsi que huit autres manifestants anti-O.A.S., lors de la charge policière à la station Charonne, ce 8 février 1962. Mais Alain Dewerpe, plus que quiconque donc fondé à rechercher la vérité sur ce drame, s’exprime magistralement ici en historien et en anthropologue. Les faits sont longuement reconstitués, au plus juste des témoignages, des points de vue, et des archives jusqu’alors closes.
Et de cette reconstitution naît une réflexion majeure, qui éclaire l’événement et le transcende : non, "Charonne" n’est pas une bavure malencontreuse, une riposte excessive à des provocations : la brutalité meurtrière de la répression du 8 février 1962, venant après les sanglantes répressions de 1961, procède d’une stratégie de la violence d’État, qu’occultent les mensonges proposés à chaud, et depuis perpétués.
À cet égard, l’ouvrage d’Alain Dewerpe, au-delà de son remarquable éclairage du massacre, de ses suites immédiates et de sa mémoire, nous interpelle sur un aspect majeur, et terrifiant, du pouvoir d’État, qui, tout absent qu’il apparaisse au présent, perdure "en veille" dans notre société grosse de provocations et de conflits. Prenons-y garde...

On peut lire un entretien avec Alain Dewerpe sur le site :
http://www.vacarme.org/article1344.html

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP