La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > Medias et intelligentsia > L’information a remplacé le savoir

L’information a remplacé le savoir

dimanche 11 avril 2021, par René Merle

Oui, pour le commun des mortels l’information a remplacé le savoir, dans le flux incessant des tweets, des chaînes infos, de Facebook et autres joyeusetés sans cesse dépassées par le jeunisme et ses nouvelles applications.
Déculturation de masse dans le culte du « progrès » technologique et le sentiment d’appartenir, à la minute, à la vérité du monde, à défaut d’appartenir à la vraie vérité des Autres.
Exprimez-vous, soyez brefs, soyez solitaire à l’écoute et à vos claviers, l’univers réel ou virtuel, virtuel surtout, vous est donné, au prix de publicités que vous n’avez pas le sentiment de payer.
À quoi bon passer de longs moments à lire un livre, alors que même le bon vieux journal papier, qui a perdu son odeur d’encre, ne concerne plus que « les anciens » (bel euphémisme !) qui tiennent à suivre les annonces nécrologiques ?
La vogue des médiathèques municipales devrait pourtant m’inciter à écrire le contraire. Comme les efforts de France Culture ou d’Arte, pour ne citer que ces deux vecteurs majeurs. Et que dire de la patience des enseignants qui considèrent à juste titre comme une victoire l’envie de lire qu’ils peuvent communiquer !
Oui, la lecture a quand même de beaux restes, pour qui a le temps et l’envie de la pratiquer.
Mais qui lit quoi en définitive ? J’ai en tant qu’auteur trop fréquenté les fêtes du livre pour ne pas me poser la question, et pour ne plus trop fréquenter les dites fêtes…
Mon libraire préféré me disait que pour Noël les deux ventes qui l’emportaient, et de loin, étaient le Goncourt rituel… et les mémoires d’Obama. Chacun appréciera. Pour le reste, hélas, les fadaises pondues à la chaîne et bien médiatisées sont de meilleur rapport que la littérature vivante.
Comme l’écrivait Pasolini, le capitalisme moderne a phagocyté les originales cultures populaires, mais il a aussi désacralisé la culture bourgeoise, la culture classique, au point de la dévitaliser, de la ringardiser, dépourvue qu’elle est dorénavant de valeur marchande et de fonction idéologique. Lettre ritualisée, panthéonisée, mais Lettre morte.

Qui du site dans tout cela ?
Je dis bien « site » et non « blog ». Le blog était l’ancêtre préhistorique des Murs Facebook, où chacun égrène ses journées, ses goûts et ses couleurs. Le site au contraire a une architecture, il s’efforce d’organiser des savoirs et des réflexions liées à ces savoirs. On peut bien sûr le lire au jour le jour, comme un ancien blog ou un mur Facebook, mais on peut surtout y aller piocher comme l’on va au dictionnaire. Au risque pour celui qui propose ce site de tomber dans l’entreprise sans fin des cuistres Bouvard et Pécuchet…
Il y a des jours où je me demande si écrire au quotidien sur un site ne relève plus seulement que de la schizophrénie, entre le narcissisme d’un retraité qui a son temps (et son passé culturel), et le flux du temps contrôlé par les écrans du smartphone et de la montre ordinateur, où l’œuvre construite n’a plus guère sa place.
Je dois chaque année, à l’automne, renouveler le contrat qui me garantit, pour l’heure en tout cas, un site propre et sans publicité. Et comme chaque année, je me demande quel est le sens de continuer cela dans ces conditions. Ne vaut-il pas mieux laisser qui en a envie piocher des « copier-coller » dans Wikipedia ? Tout est déjà dit sur tout...
De toute façon, la limite d’âge tranchera la question…

2 Messages

  • L’information a remplacé le savoir Le 11 avril à 06:07, par Gérard Pavillon

    Vous dites :
    "Je dois chaque année, à l’automne, renouveler le contrat qui me garantit, pour l’heure en tout cas, un site propre et sans publicité. Et comme chaque année, je me demande quel est le sens de continuer cela dans ces conditions. Ne vaut-il pas mieux laisser qui en a envie piocher des « copier-coller » dans Wikipedia ? Tout est déjà dit sur tout...".

    Certes Wikipedia est une mine de savoir, mais c’est un savoir consensuel, rangé dans des boîtes, un "état de l’art". Cela est utile lors d’une recherche ou d’une réflexion comme un point de départ.

    Ce que vous nous servez chaque jour (et j’admire votre persévérance) ce sont des réflexions approfondies nourries par votre savoir et votre expérience. Ce sont aussi les engagements et les doutes d’un homme qui vit et non pas les pédalages à vide d’un intellectuel.

    Ayant dit cela je m’aperçois que le doute est l’une de vos qualité et c’est, on l’a vu toute l’année passée, une chose rare…

    Alors renouvelez s’il vous plait !
    Gérard

    Répondre à ce message

  • L’information a remplacé le savoir Le 11 avril à 15:01, par pierron

    Oui, et ce site c’est aussi des poteaux indicateurs discrets disant qu’il il a une multitude de sentiers à prendre selon l’envie et le besoin, qui mènent plus loin et plus large que les autoroutes tracées et aussi loin que les limites d’une vie peuvent mener.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP