La Seyne sur Mer

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Union européenne > L’Europe selon l’UEFA

L’Europe selon l’UEFA

jeudi 29 juillet 2021, par René Merle

EURO 21 ? Vous pouvez consulter le classement des équipes engagées dans cette compétition « européenne » :
https://fr.uefa.com/european-qualifiers/standings/

Grâce à l’UEFA (Union européenne des associations de football), organisatrice de cet EURO de football, j’ai dû réviser mes notions d’ancien enseignant de géographie.

Chacun sait que la princesse phénicienne Europe, fille du roi de Tyr, fut cajolée sur la plage par un Zeus-taureau, qui s’empressa de l’enlever jusqu’en Crète (et de lui faire trois petits), donnant ainsi à notre continent un nom venu de ce complexe Moyen-Orient.
Dans sa grande sagesse, l’UEFA en a tiré leçon. Tyr est aujourd’hui ville du Sud Liban, tout proche d’Israël (qui l’a d’ailleurs occupée lors de la guerre dite du Liban, en 1982). N’allons pas pinailler pour quelques kilomètres et une frontière : si Europe est partie de Tyr, Liban, c’est Israël que l’UEFA a choisi pour participer au championnat d’Europe. Footballistiquement (et pas seulement), Israël est donc en Europe. Et les pays arabes voisins, Liban, Syrie, Jordanie, Irak... et Palestine, sont renvoyés à leur étrangeté fondamentale, vraiment pas européenne.
Mais quand même, on ne pouvait pas ne pas admettre le Qatar !
Par contre la Turquie, qui a géographiquement un pied en Europe et un grand pied en Asie, est admise sans problèmes.
Remarquons encore que la disparition de l’URSS a entraîné une curieuse extension de l’Europe : sont considérées comme européennes trois républiques caucasiennes (Arménie, Géorgie (pays chrétiens), Azerbaïdjan (un peu musulman quand même), ainsi que l’immense et juteux Kazakhstan. Silence radio sur le puzzle des autres républiques asiatiques en Stan, tout à fait exotiques... Ceci dit, la Russie, qui, au delà de la frontière traditionnelle de l’Oural, continue à posséder l’immense Sibérie, jusqu’aux rives asiatiques du Pacifique, fait naturellement partie de la compétition.
On pourrait se réjouir de la fin de barrières artificielles entre peuples et nations, si, implicitement ou explicitement, pareils choix ne témoignaient pas d’options géopolitiques qui n’ont guère à voir avec le football...

Une pensée émue pour notre Président qui, après avoir rencontré et salué l’équipe avec son épouse, s’était engagé à suivre personnellement les matchs de l’équipe de France à partir des 8èmes de finale. Il a ainsi, une fois de plus jeté un sort à ces Bleus vite défaits, catastrophe nationale dont nous avons eu beaucoup de mal à nous remettre, au point d’effacer tous nos soucis sanitaires, sociaux et politiques... Panem et circences [1]...

Notes

[1La correcteur d’orthographe m’envoyait "circoncis"...

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP