La Seyne sur Mer

Accueil > Personnel : écriture, souvenirs > Souvenirs personnels, réactions très personnelles... > Charlie Haden, mémoire révolutionnaire

Charlie Haden, mémoire révolutionnaire

dimanche 27 juin 2021, par René Merle

En hommage au grand Charlie Haden [1937], qui a quitté ce monde en 2014, cet extrait de l’album The Ballad of the Fallen (Haden, Bley - 1982-1983), superbe compilation de chansons révolutionnaires. Ici, le thème reprend la Milonga del fusilado, (Pepe Guerra - Carlos María Gutiérrez), honorant la mémoire du Che et des victimes de la répression contre-révolutionnaire en Amérique latine.
Un grand souvenir...

The Ballad of the Fallen - Charlie Haden & Carla Brey

ci-dessous, l’original, chanté par los Olimareños

Ne me demande pas qui je suis
No me pregunten quién soy

Pas même s’ils m’avaient rencontré
Ni si me habían conocido

Les rêves que j’avais voulu
Los sueños que había querido

Ils grandiront, même si je ne le suis pas
Crecerán, aunque no estoy
Je ne vis plus, mais je pars
Ya no vivo, pero voy

Ce dont je rêvais
En lo que andaba soñando

Et d’autres qui continuent de se battre
Y otros que siguen peleando

Ils donneront naissance à d’autres roses
Harán nacer otras rosas

Au nom de ces choses
En el nombre de esas cosas

Tout le monde me nommera
Todos me estarán nombrando
Ne me rappelle pas le visage
No me recuerden la cara

Quel était mon visage de guerre
Que fue mi cara de guerra

Tant qu’il y avait dans ma terre
Mientras hubiera en mi tierra

Besoin de détester
Necesidad de que odiara
Dans le ciel qui s’éclaircit
En el cielo que ya aclara

Ils sauront à quoi ressemblait mon front
Sabrán cómo era mi frente

Peu de gens m’ont entendu rire
Me oyó reír poca gente

Mais mon rire ignoré
Pero mi risa ignorada

Ils la trouveront à l’aube
La hallarán en la alborada

Du jour qui se fait sentir
Del día que se presiente
Ne me demande pas quel âge
No me pregunten la edad

J’ai les années de tout le monde
Tengo los años de todos

J’ai choisi parmi de nombreux modes
Yo elegí entre muchos modos

Être plus vieux que mon âge
Ser más viejo que mi edad
Et mes années de vérité
Y mis años de verdad

Ce sont les coups que j’ai lancés
Son los tiros que he tirado

Je suis né à chaque coup
Nazco en cada fusilado

Et même si mon corps meurt
Y aunque el cuerpo se me muera

Je serai le vrai âge
Tendré la edad verdadera

De l’enfant que j’ai libéré
Del niño que he liberado
Ne cherche pas ma tombe
Mi tumba no anden buscando

Parce qu’ils ne le trouveront pas
Porque no la encontrarán

Mes mains sont celles qui partent
Mis manos son las que van

Dans d’autres mains, tirant
En otras manos, tirando
Ma voix est celle qui crie
Mi voz la que está gritando

Mon rêve celui qui est encore entier
Mi sueño el que sigue entero

Et sache que je meurs juste
Y sepan que solo muero

Si vous relâchez
Si ustedes van aflojando

Parce que celui qui est mort en combattant
Porque el que murió peleando

Vivez dans chaque compagnon
Vive en cada compañero
Source : Musixmatch
Paroliers : Jose Gutierrez / José Luis Guerra

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP