La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > France contemporaine politique > Macronisme > Des limites stratégiques de notre jeune présumé Bonaparte

Des limites stratégiques de notre jeune présumé Bonaparte

samedi 8 mai 2021, par René Merle

Tactique et stratégie, tout lui semblait acquis, depuis qu’il avait réussi à être le conseiller, puis le ministre d’un président dit de gauche, qu’il avait ensuite poignardé dans le dos en annonçant sa candidature présidentielle.
Tout lui semblait acquis également depuis qu’il avait réussi à sa faire élire sur le slogan « en même temps », et qu’il avait rallié tout ce que la droite molle et le social-libéralisme, comptaient de notables dont l’addiction au pouvoir était irrésistible, et qui se souciaient des principes comme de leur première chemise. Ainsi avait-il renvoyé à son néant le Parti socialiste et plongé dans le plus grand embarras les héritiers du sarkozysme.
Tout lui semblait acquis depuis qu’il avait réussi à ignorer et juguler l’opposition syndicale, si présente dans la rue, et en poussant à leur terme les réformes sociales néo libérales initiées par son ancien Président.
Tout lui semblait acquis également depuis qu’il avait réussi à enfumer la plus grande révolte sociale de ce nouveau siècle, avec « en même temps » l’utilisation de la police en force armée de répression et le bla bla chloroformant du Grand Débat, dans lequel tant de gogos s’étaient crus pris en compte.
Tout lui semblait également acquis puisqu’il avait réussi à faire oublier la série de fautes pour ne pas dire de scandales qui avaient entaché son entourage immédiat de protection rapprochée physique et idéologique.
Tout lui semblait également acquis puisque les puissances financières et médiatiques (qui avaient préparé et accompagné son coup d’État électoral dans une France dépolitisée) lui restaient acquises et ne semblaient s rechercher un personnage de substitution…
Tout lui semblait également acquis depuis qu’il avait débarqué en douceur un premier ministre de droite qui commençait à lui faire sérieusement de l’ombre, et à le remplacer par un fidèle technocrate sarkozyste, censé enthousiasmer nos territoires, mais qui en tout cas ne risquait pas de se poser en rival.
Tout lui semblait également acquis depuis qu’il avait géré la crise sanitaire « en même temps » dans l’écoute du corps médical, du professeur Raoult aux meilleures autorités nationales, tout en gardant l’oreille des représentants des professions meurtries par la crise, et en soulageant les victimes du chômage par un déversement de monnaie dont nul ne sait qui le remboursera, sinon les retraités et les bénéficiaires de la sécu, voire les épargnants.
Bref tout lui semblait acquis.
Mais il est bien connu que l’hybris aveugle ceux qui en sont habités.
Pourquoi a-t-il fallu qu’une petite fausse manœuvre sur l’échiquier soit venue tout fiche en l’air ?
Après avoir phagocyté la gauche de gouvernement, notre Président s’apprêtait à amadouer et à phagocyter ce qu’il restait de la droite oppositionnelle.
C’est ainsi que, le bec enfariné, notre innocent premier ministre annonçait la semaine dernière la fusion des listes LaRem et LR dans la région bouffonnement nommée région Sud.
Vous vous souvenez de l’enchaînement qui en a suivi :
Région PACA alias SUD : le Bal des dupes
Las, sévèrement secoué par les instances nationales de LR, la tête de liste de droite fait maintenant machine arrière, en expliquant qu’il souhaite toujours une liste d’ouverture, mais sans les élus et la ministre LaRem.
Ce qui a aussitôt fracassé l’égo de la ministre, qui a annonce se maintenir à la direction de « sa » liste, non sans reprendre la triste démagogie sudiste de son ami désormais concurrent [1], en affirmant ignorer « le combat de coqs parisien auquel on a eu droit »
On image les mines à Matignon et à l’Élysée. Total fracas.
Mais on s’y réjouit quand même de voir la droite se fracturer, sans réaliser que le RN n’aura plus qu’à ramasser les voix de droite en déshérence…
Affaire à suivre, mais qui a au moins montré les limites manœuvrières de notre Machiavel au petit pied, qui espère bien qu’en 2022 nous le sauverons du péril lepéniste….

Comme notre ministre, je suis père d’une personne handicapée, et je ne peux que lui demander de continuer à s’occuper du handicap (il y a du pain sur la planche) plutôt que de se vautrer dans le marigot « sudiste ».

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP