La Seyne sur Mer

Accueil > φιλοσοφία > Deleuze - de l’Occident

Deleuze - de l’Occident

samedi 11 septembre 2021, par René Merle

Gilles Deleuze, Félix Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ?, les Éditions de Minuit, 1991.
« I – 4. Géophilosophie »
« Pourquoi la philosophie survit-elle à la Grèce ? On ne peut pas dire que le capitalisme à travers le Moyen Âge soit la suite de la cité grecque (même les formes commerciales sont peu comparables). Mais, sous des raisons toujours contingentes, le capitalisme entraîne l’Europe dans une fantastique déterriorialisation relative qui renvoie d’abord à des villes-cités, et qui procède aussi par immanence. Les productions territoriales se rapportent à une forme commune immanente capable de parcourir les mers : la « richesse en général », le « travail tout court », et la rencontre entre les deux comme marchandise. Marx construit exactement un concept de capitalisme en déterminant les deux composantes principales, travail nu et richesse pure, avec leur zone d’indiscernabilité quand la richesse achète le travail. Pourquoi le capitalisme en Occident plutôt qu’en Chine au IIIe siècle, ou même au VIIIe ? C’est que l’Occident monte et ajuste lentement ces composantes, tandis que l’Orient les empêche de venir à terme. Seul l’Occident étend et propage ses foyers d’immanence. Le champ social ne renvoie plus, comme dans les empires, à une limite extérieure qui le borne en haut, mais à des limites intérieures immanentes qui ne cessent de se déplacer en agrandissant le système, et qui se reconstituent en se déplaçant. Les obstacles extérieurs ne sont plus que technologiques, et seules subsistent les rivalités internes. Marché mondial qui s’étend jusqu’aux confins de la terre, avant de passer dans la galaxie : même les airs deviennent horizontaux. Ce n’est pas une suite de la tentative grecque, mais une reprise à une échelle précédemment inconnue, sous une autre forme et avec d’autres moyens, qui relance pourtant la combinaison dont les Grecs eurent l’initiative, l’impérialisme démocratique, la démocratie colonisatrice. L’Européen peut donc se considérer, non pas comme un type psycho-social parmi les autres, mais comme l’Homme par excellence, ainsi que le Grec l’avait déjà fait, mais avec beaucoup plus de force expansive et de volonté missionnaire que le Grec. Husserl disait que les peuples, même dans leur hostilité, se groupent en types qui ont un « chez-soi » territorial et une parenté familiale, tels les peuples de l’Inde ; mais seule l’Europe, malgré la rivalité de ses nations, proposerait à elle-même et aux autres peuples « une incitation à s’européaniser toujours davantage » [1], si bien que c’est l’humanité tout entière qui s’apparente à soi dans cet Occident, comme elle le fit jadis en Grèce. »

Notes

[1Husserl, La crise des sciences européennes

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP