La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > France contemporaine politique > France insoumise Mélenchon > Mélenchon persiste et signe

Mélenchon persiste et signe

jeudi 25 juillet 2019, par René Merle

Les premiers échos du voyage mexicain

J’avais lu en février sur le blog de Jean-Luc Mélenchon l’annonce de son voyage au Mexique : Voyage1.
Voyage reporté en raison du mouvement des Gilets jaunes.

À la mi juillet, Jean-Luc Mélenchon nous a annoncé son départ imminent, « pour se ressourcer » : Voyage2

Depuis nous avons pu découvrir dans les gazettes des premiers échos de son voyage.
Ainsi je lis dans Le Grand soir cet essai de traduction d’une déclaration dans le quotidien La Jornada :
Grand soir
J’en extrais ce passage significatif.
" — Que propose France Insoumise pour la reconquête du pouvoir ?
— Il est très difficile d’y parvenir avec l’étiquette de gauche. De nos jours, il s’agit d’un terme très déprécié. Aussi en Amérique latine. En France, si les gens vous parlent à gauche, ils vous mettront immédiatement en contact avec François Hollande (socialiste, ancien président entre 2012 et 2017), un dirigeant rejeté pour avoir créé toutes ces lois contre les droits des peuples. Faire des alliances avec la gauche ? Mais avec qui, s’il vous plaît ? Avec le parti communiste ? Il a obtenu 2,4% des voix. Les trotskistes ? 0,5 pour cent. Non, vous devez tout reconstruire. En LFI, nous essayons d’autres moyens. Nous parlons de fédérer le peuple. "

Passons sur le mépris affiché par rapport à des formations dont il a été bien content de recevoir les voix en 2017, et dont le soutien sans doute lui manque aujourd’hui. Nous ne pouvons que constater que la ligne demeure la même. « Fédérer le peuple ». Et le fédérer sous l’égide de la France insoumise. C’est peut-être là que le bât blesse. La crise des Gilets jaunes en a été l’illustration. Car il arrive que « le peuple » se fédère d’une façon qui n’était pas prévue.

Ces prestations (rencontre avec le président mexicain, avec le romancier Paco Taibo II, conférences) n’ont pas vraiment suscité l’enthousiasme de la gauche radicale mexicaine :
la Brochure

Quoi qu’il en soit, j’attends avec intérêt ce que Jean-Luc Mélenchon tirera, au sud du Mexique, de ce voyage dans une Amérique latine où, si rien n’est définitivement joué, il est clair que les forces de progrès démocratique et social sont à la peine après avoir remporté de vrais succès

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP