La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XIXe siècle (jusqu’en 1914) > Marx-Engels avant 1852 > Engels et la révolution prolétarienne, 1847

Engels et la révolution prolétarienne, 1847

samedi 27 juillet 2019, par René Merle

Révolution et principes du communisme

Cf. : Engels et le meeting pour la Pologne, Londres 1847 et Marx, nationalités, démocratie et lutte de classes

Extrait du texte d’Engels, Les Principes du Communisme, écrit en 1847 pour les ouvriers allemands de la Ligue des Communistes, exilés à Londres. Il y écrit à propos de la révolution prolétarienne :

XVIII. QUEL COURS PRENDRA CETTE REVOLUTION ?
« Elle établira tout d’abord un régime démocratique et, par là même, directement ou indirectement, la domination politique du prolétariat. Directement en Angleterre, où les prolétaires constituent déjà la majorité du peuple. Indirectement en France et en Allemagne, où la majorité du peuple est composée non seulement de prolétaires, mais aussi de petits paysans et de petits bourgeois qui ne sont encore qu’en voie de prolétarisation, qui dépendent, en ce qui concerne la satisfaction de leurs intérêts politiques, de plus en plus du prolétariat, et qui devront, par conséquent, se rallier rapidement à ses revendications. Cela nécessitera peut-être une nouvelle lutte, mais qui ne peut se terminer que par la victoire du prolétariat.
La démocratie ne serait d’aucune utilité pour le prolétariat s’il ne l’utilisait pas immédiatement pour prendre des mesures étendues comportant une atteinte directe à la propriété privée et assurant l’existence du prolétariat. Les plus importantes de ces mesures, telles qu’elles découlent nécessairement des conditions présentes, sont les suivantes :
1) limitation de la propriété privée au moyen d’impôts progressifs, de forts impôts sur les successions, suppressions du droit de succession en ligne collatérale (frères, neveux, etc., etc., ), emprunts forcés, etc. ;
2) expropriation progressive des propriétaires fonciers, des industriels, des propriétaires de chemins de fer et armateurs, en partie au moyen de la concurrence de l’industrie d’Etat, en partie directement contre indemnité en assignats ;
3) confiscation des biens de tous les émigrés et rebelles insurgés contre la majorité du peuple ;
4) organisation du travail ou emploi des ouvriers dans des domaines, fabriques et ateliers nationaux, ce qui supprimera la concurrence des ouvriers entre eux et obligera ceux des industriels qui subsisteront encore à payer le même haut salaire que l’Etat ;
5) obligation au travail pour tous les membres de la société jusqu’à la suppression complète de la propriété privée ; constitution d’armées industrielles, particulièrement pour l’agriculture ;
6) centralisation dans les mains de l’Etat du système du crédit, du commerce, de l’argent, au moyen de la création d’une banque nationale, avec un capital d’Etat, et suppression de toutes les banques privées ;
7) multiplication des fabriques nationales, des ateliers, chemins de fer, navires, défrichement de toutes les terres et amélioration des terres déjà cultivées au fur et à mesure de l’augmentation des capitaux et du nombre des travailleurs dont dispose le pays ;
8) éducation de tous les enfants à partir du moment où ils peuvent se passer des soins maternels, dans des institutions nationales et aux frais de la nation. (Education et travail industriel) ;
9) construction de grands palais sur les domaines nationaux pour servir d’habitation à des communautés de citoyens occupés dans l’industrie ou l’agriculture, et unissant les avantages de la vie citadine a ceux de la vie à la campagne, sans avoir leurs inconvénients ;
10) destruction de toutes les habitations et quartiers insalubres et mal construits ;
11) droit de succession égal aux enfants légitimes et non légitimes ;
12) concentration de tous les moyens de transports dans les mains de l’Etat.
Toutes ces mesures ne pourront naturellement pas être appliquées d’un seul coup. Mais chacune entraîne nécessairement la suivante. Une fois portée la première atteinte radicale à la propriété privée, le prolétariat se verra obligé d’aller toujours de l’avant et de concentrer de plus en plus dans les mains de l’Etat tout le capital, l’agriculture et l’industrie, les transports et les échanges. C’est le but que poursuivent toutes ces mesures. Elles seront applicables et obtiendront leur effet centralisateur au fur et à mesure de l’accroissement des forces productives du pays grâce au travail du prolétariat.
Enfin, quand tout le capital, toute la production et tous les échanges seront concentrés dans les mains de l’Etat, la propriété privée tombera d’elle-même, l’argent deviendra superflu ; et la production sera augmentée et les hommes transformés à tel point qu’on pourra également supprimer les derniers rapports de l’ancienne société.
XIX. CETTE REVOLUTION SE FERA-T-ELLE DANS UN SEUL PAYS ?
Non. La grande industrie, en créant le marché mondial, a déjà rapproché si étroitement les uns des autres les peuples de la terre, et notamment les plus civilisés, que chaque peuple dépend étroitement de ce qui se passe chez les autres. Elle a en outre unifié dans tous les pays civilisés le développement social à tel point que, dans tous ces pays, la bourgeoisie et le prolétariat sont devenus les deux classes les plus importantes de la société, et que l’antagonisme entre ces deux classes est devenu aujourd’hui l’antagonisme fondamental de la société. La révolution communiste, par conséquent, ne sera pas une révolution purement nationale. Elle se produira en même temps dans tous les pays civilisés, c’est-à-dire tout au moins en Angleterre, en Amérique, en France et en Allemagne. Elle se développera dans chacun de ces pays plus rapidement ou plus lentement, selon que l’un ou l’autre de ces pays possède une industrie plus développée, une plus grande richesse nationale et une masse plus considérable de forces productives. C’est pourquoi elle sera plus lente et plus difficile en Allemagne, plus rapide et plus facile en Angleterre. Elle exercera également sur tous les autres pays du globe une répercussion considérable et transformera complètement leur mode de développement. Elle est une révolution universelle ; elle aura, par conséquent, un terrain universel. »

On le voit, comme son ami Marx, Engels est persuadé que la révolution prolétarienne ne pourra advenir que dans les pays où le prolétariat est devenu une force majeure, c’est-à-dire dans les pays capitalistes développés, et au premier chef en Angleterre. Il n’envisage pas la perspective d’une révolution triomphant dans un seul pays, elle doit se produire en même temps dans tous les pays capitalistes. Quid de l’immense reste du monde ?

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP