La Seyne sur Mer

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Amérique latine > Borges... fictions

Borges... fictions

jeudi 1er août 2019, par René Merle

De l’incertitude et des choix concrets...

Comme souvent, je me suis plongé avec délice dans les vertigineuses Ficciones de Jorge Luis Borges, telles que me les proposent un petit livre acheté en Espagne en 1974 (l’édition argentine originale est de 1956). Une des clés de l’ouvrage est sans doute celle-ci :
« Ho conocido lo que ignoran los griegos : le incertidumbre » (« La loteria en Babilonia »).
Oui, comme le protagoniste de la nouvelle, il a connu ce qu’ignorent les Grecs, initiateurs de la claire vision des choses ; il a connu l’incertitude.
De quoi fonder une œuvre immense à la limite du réel et du fantastique, déconnectée de tout engagement politique et social.
Ce qui lui a permis, soit dit entre parenthèses, de soutenir ce qu’il y avait de plus conservateur dans sa patrie argentine, de condamner Peron, de couvrir les abominables crimes de la Junte au temps de la « guerre sale », de serrer avec plaisir la main du général Pinochet en 1976, au moment le plus fort de la répression de la DINA, sans oublier sa condamnation de Lincoln l’anti-esclavagiste comme criminel de guerre !
Ah l’Argentine…
Bref, il fallait bien que je tranche dans cette dichotomie. Ce que j’ai fait en jetant le livre à la poubelle. Après tout, Pepe Carvalho, le héros de Manuel Vásquez Montalbán, brûlait bien un livre par jour… Mais je n’ai pas de cheminée dans mon appart.

2 Messages

  • Borges... fictions Le 27 janvier à 07:50, par Gérard Pavillon

    Je viens ici depuis vos récents articles sur le Mexique dont je vous remercie au passage.

    Séparer l’homme et l’œuvre, Céline, Borges et d’autre, c’est ce que je ne sais toujours pas faire.

    Peut-être que je vais adopter votre solution : lire puis jeter à la poubelle (je n’ai pas de cheminée non plus).

    Répondre à ce message

    • Borges... fictions Le 27 janvier à 09:08, par René Merle

      Bonjour Gérard, et merci pour votre lecture. La question est en effet bien difficile à traiter si l’on veut éviter le manichéisme un peu facile. Mais, comme vous, je n’arrive pas et ne veux pas séparer l’homme et l’œuvre.
      Je vais essayer de vous répondre bientôt par un billet circonstancié.
      Amicalement,
      rené

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP