La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XIXe siècle (jusqu’en 1914) > XIXe siècle (jusqu’en 1914) - Auteurs > Dickens 1836

Dickens 1836

lundi 23 septembre 2019, par René Merle

Un si bon souvenir d’adolescence... en un temps où les mangas n’existaient pas

1836, en Angleterre, le jeune Dickens (24 ans) publie le premier épisode des Posthumous Papers of the Pickwick Club, (en français : Les Aventures de Monsieur Picwick)... 19 fascicules en 20 mois, un succès immense.
Dickens était lancé par cet ouvrage un peu trop vite jadis rangé dans la catégorie littérature enfantine d’antan. Il figurait dans la bibliothèque verte de mes douze-treize ans, et je le lisais avec grand plaisir, en découvrant une Angleterre bientôt victorienne (Victoria, reine en 1837) et apparemment sans drames…
Aujourd’hui, je retrouve le même plaisir à rencontrer le vieux gentleman rondouillard et à lunettes, fondateur du Pickwick Club, ainsi que la brochette cocasse d’originaux qui l’accompagnent : le jeune Winkle, sportsman dangereux pour ses proches, le jeune Snodgrass, poète qui n’écrit pas, le romantique Tupman, romantic lover rassis, et tant d’autres. Mais surtout le valet et compagnon d’aventures du rêveur et innocent Picwick : Sam Weller, au parler cockney empreint de bon sens et de sagesse populaire, les pieds bien sur terre... Don Quichotte et Sancho Pança, sauf qu’en l’occurrence Sancho a pour lui la débrouillardise et la vivacité d’action. Qui plus est, Sam est flanqué au bout de quelques chapitres d’un père digne de son fils, Tony Weller.
Une Angleterre victorienne sans drames, disais-je. En effet, Dickens, qui débute, a besoin d’argent, et de succès, son propos est d’abord d’amuser. Mais la réalité sociale de cette Angleterre dure aux pauvres qu’il connaît bien, (enfant, il avait dû travailler en usine) apparaît par exemple dans le chapitre de l’incarcération de Pickwick à la prison pour dettes, celle-là même où le père de Dickens avait été emprisonné…
(Je reviendrai bientôt sur la réalité sociale de l’Angleterre de la jeunesse de Dickens).

Il est difficile de rendre en français la charge de réalisme et d’humour des dialogues, et particulièrement ceux où interviennent les Weller, père et fils. Seul un retour au texte peut en témoigner.





Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP