La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > France contemporaine politique > Macronisme > Un président qui parle trop vite, et à côté de la plaque

Un président qui parle trop vite, et à côté de la plaque

mardi 24 septembre 2019, par René Merle

Des dangers de l’improvisation et de ce qu’elle révèle

Une des qualités premières que l’on reconnaît à l’Homme (la Femme) d’État, c’est certainement la lucidité, mais aussi l’injonction de tourner sa langue sept fois dans la bouche avant de parler.
Il y a des improvisations qui tuent.
Ainsi d’un Président déclarant tout à trac qu’il conviendrait de donner un statut international à l’Amazonie, et provoquant ainsi une levée patriotique unanime de tous les Brésiliens contre cette ingérence, au grand contentement du Trump brésilien.
Ainsi d’un Président faisant la leçon à ces jeunes qui manifestent pour une action immédiate contre le réchauffement climatique :
« On doit rentrer dans une forme d’action collective. Je préfère que tous les vendredis on fasse de grandes opérations de ramassage sur les rivières ou les plages corses ».
On croit rêver. Oui, il faut nettoyer les souillures déversées par des salauds inconscients, grands et petits. Mais quel rapport de cette BA improvisée avec le réchauffement climatique ? Et au fait, pourquoi la Corse ?

1 Message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP