La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Colonialisme > Algérie > Soutiens républicains à la conquête de l’Algérie (1830-1851)

Soutiens républicains à la conquête de l’Algérie (1830-1851)

samedi 12 octobre 2019, par René Merle

Une idéologie guerrière et « civilisatrice »

Vous avez pu le constater, j’ai depuis la naissance de ce site donné beaucoup d’articles relatifs à la Monarchie de Juillet (1830-1848) et à la Seconde République (1848-1852) [1]. C’est dire que, Gallica aidant magnifiquement, combien je me suis plongé dans la presse de l’époque.
Or cette époque, initiée par la Révolution de 1830 qui porta au pouvoir Louis-Philippe, est aussi initiée par la conquête de l’Algérie. L’armée française, l’armée des Bourbons, débarque en Algérie près d’Alger le 14 juin 1830. Le mois suivant, les « Trois Glorieuses » parisiennes (27-28-29 juillet) renverseront les Bourbons au profit de la maison d’Orléans, laquelle va continuer sans hésiter la conquête.
Tout au long de la guerre de conquête (achevée par la reddition d’Abd el Kader en 1847) et des phases de « pacification » qui suivirent, la presse française suit avec passion et enthousiasme cette conquête.
Et ce qui est vrai pour les défenseurs de la Monarchie de Juillet est aussi vrai pour ses adversaires.
Il est frappant de voir comment l’opposition républicaine, mais aussi les courants socialistes et communistes, applaudissent à la conquête.
Prompts à défendre la cause des nationalités opprimées, la Pologne au premier chef, cette opposition considère comme parfaitement légitime qu’un peuple en opprime un autre.
En l’occurrence le peuple français, présenté comme le peuple des Droits de l’Homme et du Citoyen, ne considère pas qu’un peuple qui en opprime un autre puisse être un peuple libre…
Il ne s’agit pas ici d’une position cyniquement politique comme celle d’Engels et Marx qui se félicitent de voir par la colonisation se développer le capitalisme, et, partant, le prolétariat qui le mettra à bas.
Cf. : Marx-Engels. Capitalisme et mondialisation. Algérie

Les républicains et socialistes fermes soutiens de la conquête coloniale et civilisatrice de l’Algérie s’inscrivent dans la geste guerrière révolutionnaire et surtout impériale, et dans la conviction que l’action de la France est civilisatrice.
Rappelons-nous les vers du chansonnier démocrate Dupont dans Sur l’Algérie, en 1841 :

Telle est notre Algérie, admirable pays
D’où le glaive français, aux mains de nos spahis,
Extirpe tous les jours l’informe barbarie,
Afin d’y transplanter nos mœurs, notre patrie.
Que ces champs ont gémi de leur captivité !
Comme ils étaient en proie à la stérilité,
Tant qu’a pesé sur eux le joug de l’Islamisme !

Rares seront les esprits lucides comme Cœurderoy qui sauront dénoncer le chauvinisme français conquérant, ancestral et actuel.
Cf. : Cœurderoy et le chauvinisme belliciste français, 1852

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP