La Seyne sur Mer

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Turquie. Proche et Moyen Orient > Proche et Moyen Orient, la guerre. Écrire après cela ?

Proche et Moyen Orient, la guerre. Écrire après cela ?

samedi 12 octobre 2019, par René Merle

Après l’offensive ottomane…

En 1865, Victor Hugo écrivait [1] :

Depuis six mille ans la guerre
Plait aux peuples querelleurs,
Et Dieu perd son temps à faire
Les étoiles et les fleurs.

Que de tueries l’humanité a encore connu depuis 1865, tueries dont le poète, pourtant prophète à ses heures, ne pouvait avoir idée de l’atrocité.

Installés dans leur présent sans passé, nos jeunes concitoyens ne peuvent avoir idée de ce qu’est la guerre, qu’ils contemplent occasionnellement sur l’écran télé, si tant est qu’ils le regardent encore. Smartphone oblige…

Et pourtant…

À deux heures d’avion, dans ce qui a pu être le lieu de dépaysements touristiques (j’en fus), se déroule la mère des batailles. Infernal cocktail : la tragédie syrienne, le jeu cynique des grandes et moyennes puissances, la nuit kurde [2], l’enchevêtrement de logiques claniques, de nationalismes revitalisés et de fanatismes religieux, sur fond de pétrole et de zones d’influences

Promesse de lendemains qui ne chantent pas.

Voilà qui renvoie les quotidiennes parutions de ce site à leur impuissance, donc à leur insignifiance, et qui coupe toute envie d’écrire.

Notes

[1Victor Hugo, Chansons des rues et des bois, 1865

[2comme en écho distancié au dramatique poème romanesque hors temps de Jean-Richard Bloch, La nuit kurde, Gallimard, 1925 – 1933

2 Messages

  • Proche et Moyen Orient, la guerre. Écrire après cela ? Le 13 octobre 2019 à 19:00, par Jean-Yves Salmeron

    Le plus terrible :
    que ces horreurs se banalisent dans nos cerveaux, quand ça devient essentiel de savoir que Xavier Dupond n’a pas été arrêté, et que l’on voit que la meute médiatique, n’a au fond aucune priorité humaine.
    Votre site devient à ce moment là INDISPENSABLE. Même avec vos doutes.
    C’est bien les doutes aussi, car sans eux point de recul.
    Ils font prendre aussi de la hauteur.
    Merci de douter longtemps.

    Répondre à ce message

  • Proche et Moyen Orient, la guerre. Écrire après cela ? Le 13 octobre 2019 à 19:45, par DUBOIS Jean Michel

    Je cite, encore !
    Notre temps est si mauvais que le poète, dans la vie humaine qui l’entoure, ne rencontre plus de nature qu’il puisse utiliser. GOETHE

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP