La Seyne sur Mer

Accueil > φιλοσοφία

φιλοσοφία

Dernier ajout : 19 juillet.

Articles de cette rubrique

  • Gramsci

    26 juillet, par René Merle

    Il n’est pas trop tard pour se plonger dans cet ouvrage de 2012. Présentation de l’éditeur :
    Antonio Gramsci, Guerre de mouvement et guerre de position, Textes choisis et présentés par Razmig Keucheyan, la Fabrique, 2012. Gramsci en France : une série de contresens. Non, Gramsci n’est pas le « classique » qu’ont instrumentalisé les héritiers italiens et français du marxisme de caserne. Il n’est pas non plus, sur le bord opposé, une pure icône du postmodernisme, limité au rôle de père des subaltern et (...)

  • Marcuse éclaire toujours et plus que jamais

    20 juillet, par René Merle

    Luc Nemeth commentait ainsi mon récent billet consacré à La société du spectacle de Guy Debord : « Sans qu’il ne faille s’en étonner les meilleurs ouvrages consacrés à un "événement" sont souvent ceux qui lui sont antérieurs car ils l’annoncent, en possèdent le contenu, en expriment les possibles, tandis que ceux publiés ensuite ne font souvent que du besogneux commentaire ». Ainsi en va-t-il aussi de Marcuse, dont Denis Collin vient de nous rappeler la pertinence actuelle sur sa page Facebook : « …Voilà (...)

  • À propos de Napoléon et de la complexité de l’histoire

    12 mai, par René Merle

    Notre Président, non content d’être un guide jupitérien, est aussi, fonction oblige, économiste, épidémiologiste, philosophe, et, sucre sur les poires, historien. La manie française des commémorations et célébrations se prête évidemment à l’exercice de cette dernière qualité. Ainsi, à l’occasion du tout récent bicentenaire de la mort de Napoléon, son constat a été pesé, équilibré, et sans sectarisme ou récupération, car, nous a-t-il appris, Napoléon c’est complexe… On s’en serait quand même douté. Mais l’ennui, (...)

  • La guerre, toujours...

    5 mai, par René Merle

    Char de guerre sumérien Dans l’Univers où, vraisemblablement, nous (en tant qu’espèce) n’avions a priori aucune raison d’être, nous avons pris notre place, parmi les innombrables formes de la vie que nous côtoyons, sans les comprendre, et que nous détruisons allègrement. Espèce humaine prédatrice, depuis toujours (et à tout jamais ?) antagoniste avec elle-même, ignorante de la paix et du respect des autres... J’ai la chance de vivre avec une grande lectrice de Pascal Quignard, qui me dit : il n’y a sans (...)

  • Facebook et Aristote, de l’autosuffisance et de l’amitié

    23 avril, par René Merle

    Comme vous peut-être, je reçois sur ma page Facebook des dizaines de demandes d’inconnus qui me demandent d’être leur "ami", parce que nous partageons des "amis" en commun... Sans parler de l’injonction plutôt ridicule de célébrer les anniversaires, pour monter que l’on est un "vrai ami"... Je ne réponds pas, d’autant que j’ai depuis longtemps plus que modéré ma fugace participation à Facebook, bien convaincu que mes coups de cœur ou mes coups de rage quotidiens ne pouvaient guère apporter qu’une (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 85

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP