La Seyne sur Mer

Accueil > φιλοσοφία

φιλοσοφία

Dernier ajout : 26 mai.

Articles de cette rubrique

  • À propos de Napoléon et de la complexité de l’histoire

    12 mai, par René Merle

    Notre Président, non content d’être un guide jupitérien, est aussi, fonction oblige, économiste, épidémiologiste, philosophe, et, sucre sur les poires, historien. La manie française des commémorations et célébrations se prête évidemment à l’exercice de cette dernière qualité. Ainsi, à l’occasion du tout récent bicentenaire de la mort de Napoléon, son constat a été pesé, équilibré, et sans sectarisme ou récupération, car, nous a-t-il appris, Napoléon c’est complexe… On s’en serait quand même douté. Mais l’ennui, (...)

  • La guerre, toujours...

    5 mai, par René Merle

    Char de guerre sumérien Dans l’Univers où, vraisemblablement, nous (en tant qu’espèce) n’avions a priori aucune raison d’être, nous avons pris notre place, parmi les innombrables formes de la vie que nous côtoyons, sans les comprendre, et que nous détruisons allègrement. Espèce humaine prédatrice, depuis toujours (et à tout jamais ?) antagoniste avec elle-même, ignorante de la paix et du respect des autres... J’ai la chance de vivre avec une grande lectrice de Pascal Quignard, qui me dit : il n’y a sans (...)

  • Facebook et Aristote, de l’autosuffisance et de l’amitié

    23 avril, par René Merle

    Comme vous peut-être, je reçois sur ma page Facebook des dizaines de demandes d’inconnus qui me demandent d’être leur "ami", parce que nous partageons des "amis" en commun... Sans parler de l’injonction plutôt ridicule de célébrer les anniversaires, pour monter que l’on est un "vrai ami"... Je ne réponds pas, d’autant que j’ai depuis longtemps plus que modéré ma fugace participation à Facebook, bien convaincu que mes coups de cœur ou mes coups de rage quotidiens ne pouvaient guère apporter qu’une (...)

  • À propos d’Épicure

    19 avril, par René Merle

    Ce n’est pas en classe de bac philo, en 1953, que j’ai découvert Épicure, et ce n’était pas la faute de notre si symathique professeur (très bergsonienne), car Épicure n’était pas au programme. Je l’ai rencontré un peu plus tard, en lisant Lucrèce présenté par Georges Cogniot, dans un de ces petits Classiques du Peuple qui firent tant pour l’éducation des jeunes militants communistes dont je faisais alors partie. Lucrèce, diffuseur d’Épicure et d’une philosophie matérialiste qui depuis est demeurée la (...)

  • Des voix disparues et du flux des temps

    30 mars, par René Merle

    Le récent billet[Un monde devenu "meuble" ? Le flux du temps....]] me renvoie aux quelques lignes que j’avais écrites en leur temps sur le flux des temps, ou du temps ?
    "Dans le roman de Pascal Quignard, Les Larmes, Sar la chamane dit sa vérité : « plus rien n’entoure mes oreilles que des voix disparues », et le présent s’anéantit. Plus ouvert dans la dialectique passé - présent, Barrès, qui n’est certes pas ma tasse de thé, mais dont je partage ici le propos, rappelle que « l’oracle de Delphes conseilla (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 85

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP