La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > 1945-2000

1945-2000

Dernier ajout : 1er juin.

Articles de cette rubrique

  • Quelques explications à propos de la poésie de Zavattini placée en éditorial.

    1er juin, par René Merle

    Cesare Zavattini, Poesie, Stricarm’in d’na parola*, edizione Vanni Scheiwiller, 1973, Tascabili Bompiani, 1985, Tascabili poesia Bompiani, 2006. Le scénariste néo-réaliste Cesare Zavattini, (1902-1989), mondialement connu, et sympathisant du Parti communiste italien, a écrit dans ce recueil dans son parler natal de Reggio d’Emilie. * en italien : « Stringermi in una parola » Vous avez pu déjà lire sur ce blog quelques vers tirés de Poesie, et un point de vue de Pasolini.
    Voici donc le texte (...)

  • Pasolini 1973, le nouveau fascisme hédoniste…

    5 mai, par René Merle

    Je sais je sais, le texte est archi connu, je l’avais placé sur un ancien blog en 2012 et je l’ai souvent repris depuis, tellement il est éclairant. Mais le voici, encore une fois, pour ceux qui ne le connaîtraient pas.
    Le 9 décembre 1973, Pasolini publiait dans le grand quotidien milanais Corriere della sera ce texte de dénonciation du "nouveau fascisme", qui est certainement la plus fameuse de ses chroniques. J’en extrais le noyau célèbre, que je traduis littéralement[[Molti lamentano (in questo (...)

  • Pasolini, le Parti communiste italien... et nous ?

    16 avril, par René Merle

    Je viens de revoir en italien Quand il y avait Berlinguer, un documentaire déjà ancien, peut-être réducteur mais oh combien émouvant, signé Walter Veltroni, ex-dirigeant communiste et aujourd’hui dirigeant du Parti démocrate italien. Devant cet hommage à la haute, droite et intègre figure du leader communiste Berlinger, mort en 1984, me revient en écho ce propos de Pier Paolo Pasolini (extrait du fameux article du Corriere della sera, 14 novembre 74, « Cos’è questo golpe ? Io so »
    « Il est certain (...)

  • Montalbán, "Galíndez"

    29 mars, par René Merle

    Galíndez, un des plus sombres, et des plus éclairants romans de Manuel Vásquez Montalbán. En 1990, Montalbán a déjà publié la plus grande partie des romans qui ont assuré sa popularité, romans dont, dans la cadre de Barcelone de la fin du franquisme, puis de l’immédiat post-franquisme, l’intrigue est soutenue de thèmes politiques et sociaux. Romans empreints d’une immense désillusion. Mais dans Galíndez, publié en Espagne en 1990, Premio literario Europeo en 1992, le lecteur ne retrouve ni Barcelone, ni ce (...)

  • Pasolini, Vittoria

    26 mars, par René Merle

    Au Pasolini romancier, au Pasolini cinéaste, je préfère le Pasolini poète. J’ai rouvert mon vieil exemplaire de Poesia in forma di rosa (Garzanti, 1964) à la fin duquel Pasolini donne en appendice un long poème en classique terzina, que je ressens comme un de ses textes les plus poignants, Vittoria. En ce petit matin du 24 avril, jour de fête nationale, anniversaire de la Libération de l’Italie, anniversaire de la Résistance, descendent de la montagne les spectres hallucinés des partisans de 44-45, (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP