La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XIXe siècle (jusqu’en 1914) > XIXe siècle (jusqu’en 1914) - Auteurs

XIXe siècle (jusqu’en 1914) - Auteurs

Dernier ajout : 10 avril.

Articles de cette rubrique

  • Augustin Thierry et la révolution communale. De la Commune médiévale à la Commune de Paris…

    12 avril, par René Merle

    Il est frappant de constater que, dans les célébrations actuelles de la Commune de Paris (qui oublient un peu trop les différentes Communes de province), l’accent est mis sur l’action politique et sociale de l’entreprise, alors qu’un de ses aspects majeurs est ce communalisme qui, sous des formes différentes, court depuis la Restauration. La Commune maîtresse chez elle… À cet égard, l’œuvre d’Augustin Thierry peut être considérée comme initiatrice de ce courant de pensée multiforme, décentralisateur, dont (...)

  • Baudelaire, sur Daumier

    11 avril, par René Merle

    Je m’aperçois que je n’avais pas repris sur ce site un article de mon ancien blog Je redonne donc ici ce texte magnifique de Baudelaire, texte hélas plutôt occulté, mais est-ce bien innocent ?
    « Je veux parler maintenant de l’un des hommes les plus importants, je ne dirai pas seulement de la caricature, mais encore de l’art moderne, d’un homme qui, tous les matins, divertit la population parisienne, qui, chaque jour, satisfait aux besoins de la gaieté publique, et lui donne sa pâture. Le bourgeois, (...)

  • Béranger et la langue poétique

    2 avril, par René Merle

    Cf. : Béranger, la langue et le peuple
    Voici, extraite des Œuvres complètes de P.J. de Béranger, Paris, Perrotin, M DCCC LVI, une "Notice" qui évoque la jeunesse du chansonnier et son rapport à la langue. "Tantôt il saluait avec transport le jeune Chateaubriand et le Génie du Christianisme, ce grand livre qui précédait le retour de l’Évangile ; tantôt il revenait sur l’admiration des poëtes admirés de son temps, et il tenait tête à ce triomphant abbé Delille, qui passait, au commencement de ce siècle, (...)

  • À propos d’André Léo

    2 avril, par René Merle

    Après la publication de l’article 1871, Commune de Paris, « Au travailleur des campagnes », j’ai reçu de Jean-Pierre Bonnet de précieuses précisions sur l’auteur de l’appel de la Commune, André Léo (Léodile Béra, madame Grégoire Champseix), notamment sur ses rapports avec Benoît Malon pendant le long exil qui suivit la défaite de la Commune . Par la même occasion j’ai découvert l’existence de l’Association André Léo, dont Jean-Pierre Bonnet est un des animateurs : http://andreleo.com/ Et j’ai donc aussi (...)

  • Flaubert en 1871, la défaite et la Commune

    1er avril, par René Merle

    J’évoquais récemment l’attitude d’Émile Zola devant la Commune de Paris. Évoquons un peu celle de Flaubert. En 1871, année de la défaite française et de la Commune, Flaubert a cinquante ans. Pour lui, le trauma de la Commune est inséparable du trauma initial qu’a été la guerre contrer la Prusse, avec à la clé la défaite et l’occupation. Deux tragiques épisodes qui l’enfoncèrent encore plus dans la condamnation de son époque de muflisme, et l’enfermement dans sa tour d’ivoire créatrice, comme il l’écrit à (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 55

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP