La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Court XXe siècle, 1914 - 1945 > France

France

Dernier ajout : 25 août.

Articles de cette rubrique

  • Femmes résistantes de la MOI - 29 août 1944

    29 août, par René Merle

    Je n’ai vraiment pas la manie des anniversaires, mais en cette fin d’août, comme chaque année, je pense à ce moment où les forces de la France libre, qui avaient débarqué le 15 août, allaient faire leur jonction en Bourgogne avec les forces alliées venues de l’Ouest (12 septembre). En chassant l’envahisseur nazi et les traîtres, leur avance libératrice avait été fulgurante, grâce au sacrifice de milliers de militaires (majoritairement Maghrébins et Pieds-Noirs) et de résistants de toutes obédiences. En ce (...)

  • Il y a 80 ans, mort de la République

    10 juillet, par René Merle

    Il y a 80 ans, par la loi constitutionnelle du 10 juillet, la grande majorité de ce qu’il restait des députés élus en 1936 et des sénateurs [1] donnait tous les pouvoirs au maréchal Pétain, qui allait s’empresser de supprimer la République.
    Sur 649 suffrages exprimés, seuls 57 députés et 23 sénateurs (majoritairement gauche et centre gauche) votèrent NON. L’approbation était partagée entre gauche radicale et socialiste, et (...)

  • Il y a 80 ans, « Les lilas et les roses »

    2 juillet, par René Merle

    En ce début de juillet, je pense à ce qui advint en ce début juillet 1940, 80 ans déjà, où l’enfant de 4 ans que j’étais voyait avec bonheur revenir au foyer son père soldat, sans mesurer ce que venait de signifier la défaite, et bientôt, 10 juillet, les pleins pouvoirs donnés au maréchal Pétain. J’avais évoqué dans un ancien blog ce poème qu’Aragon écrivit aussitôt après la défaite. Il est devenu un classique, que je ne peux jamais relire sans émotion, tant la reprise du grand vers national sert magnifiquement (...)

  • Jean Longuet, au lendemain du Congrès de Tours, 2 janvier 1921

    19 mai, par René Merle

    Quand l’unité se défit
    Je me suis toujours demandé ce que j’aurais fait si, militant socialiste SFIO en décembre 1920, j’avais été placé devant l’alternative de "rester dans la vieille maison" ou de m’engager dans l’aventure communiste. Pour mon grand-père, ouvrier socialiste, le choix avait été de demeurer socialiste[[Il disait : "Aquelei communisto, pican troou fouart" (notation poétique) : "ces communistes, ils tapent trop fort". Mon père, né en 1911, avait dès sa majorité adhéré au Parti socialiste. (...)

  • Résistance au nazisme en Alsace

    25 avril, par René Merle

    La "Heimat" sous la croix gammée
    J’ai publié récemment un ensemble de documents concernant la position des communistes français et alsaciens sur la situation alsacienne au lendemain du passage à la France de cette région alors allemande depuis 1871. Les Communistes et l’Alsace au lendemain de la guerre de 1914-1918 La question de l’identité des « provinces libérées ». Spécificités alsaciennes et positions de classe À la suite de cette publication, j’ai reçu de Daniel Muringer* nombre d’informations sur le (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 145

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP