La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Antiquité

Antiquité

Dernier ajout : 9 janvier.

Articles de cette rubrique

  • Encore à propos d’Homère

    10 janvier, par René Merle

    J’émettais il y a peu quelques réserves sur un traitement audio-visuel récent de l’œuvre d’Homère. J’y reviens, en me demandant une fois de plus si, à force de nous raconter l’œuvre - résumé agréementé d’images -, on incitera quand même le téléspectateur à la lire ? Seuls ceux qui ont étudié le grec antique (et ce n’est pas mon cas) ont l’accès vrai aux vers du vieil aède (si tant est qu’il n’y ait eu qu’un seul Homère). Quoiqu’il en soit, avec d’abondants accompagnements érudits, le texte est là, pour qui veut, (...)

  • Homère pour les nuls ?

    5 janvier, par René Merle

    Arte et un amateur télévisuel de littérature viennent d’initier une longue série consacrée aux deux chefs d’œuvre d’Homère, qui je pense méritent mieux.
    J’espère que la suite viendra dissiper le malaise que j’ai ressenti, de voir ainsi les Dieux et les hommes de la Guerre de Troie réduits à une iconographie foisonnante qui en rompt l’unité, et à un commentaire qui de la matière poétique ne tire que le fil du récit.
    Mais après tout, en ces temps de mise à plat et de nez sur la vitre, peut-être est-ce trop (...)

  • Mnémosyne ou de la mémoire

    9 septembre 2020, par René Merle

    Cf. : Jean-Pierre Vernant, celui qui se souvient - Mnèmosunè
    Μνημοσύνη, fille d’Ouranos (le Ciel) et de Gaïa (la Terre), avait inventé les mots, elle avait donné un nom à chaque chose. Et ainsi les hommes purent s’exprimer et garder en mémoire leurs faits et gestes, pour toute éternité : « μνήμη, mnêmê », le souvenir, la mémoire.
    Le culte de Mnémosyne offrait des eaux pour la mémoire, mais aussi des eaux pour l’oubli (Léthé).
    Il semble bien que souvent nos politiques ont plutôt recours à Léthé qu’à Mnémosyne, et (...)

  • Bertold Brecht, Jules César... et nous. Démagogie quand tu nous tiens

    5 mars 2020, par René Merle

    J’ai évoqué récemment le Jules César de Shakespeare, à propos de la servitude volontaire et du tyrannicide libérateur : À propos de la Servitude volontaire et du tyrannicide : Jules César
    Mais puisque Jules César il y a, je vais aujourd’hui voir du côté de Bertolt Brecht, et de son roman inachevé Les affaires de Monsieur Jules César, roman initié lors de son exil au Danemark en 1938-1939, et publié en 1957 à Berlin après la mort de l’auteur (1956) : Die Geschäfte des Herrn Julius Caesar. Nous sommes ici (...)

  • Moses Finley, Le monde d’Ulysse

    17 juin 2019, par René Merle

    Quand l’Iliade et l’Odyssée sont revisitées

0 | 5 | 10

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP