La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > Pouvoir présidentiel - Constitution - Citoyenneté > Valeurs… et principes républicains

Valeurs… et principes républicains

vendredi 1er novembre 2019, par René Merle

Une mise au point indispensable dans le débat actuel

Notre Président a cru bon de se confier à Valeurs actuelles dont on connaît l’engagement tristement plus qu’à droite.
Ce qui n’a pas manqué de susciter étonnement et critiques, qui qui opposent les « vraies » Valeurs, par opposition à celles du magazine.
Ainsi par exemple dans l’Humanité :

Une fois de plus je relève la confusion entre « valeurs républicaines » et « principes républicains ».
Le mot « valeur » a une connotation morale, philosophique, religieuse. C’est dire que, s’il peut avoir une valeur absolue pour qui s’y reconnaît, il peut ne pas être partagé par d’autres.
Dans la mesure où le mot n’a pas une acception commune et obligatoire pour tous, parler de « valeurs républicaines » institue le flou dans les discussions qui agitent notre société.

Il en va bien autrement des « principes républicains ». Ils sont définis par notre Constitution et tous les citoyens en relèvent. Ils sont inviolables, et la loi punit ceux qui tentent de les violer.
Ces principes fondateurs sont énoncés au début de notre Constitution :
« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. »
« La devise de la République est Liberté, Égalité, Fraternité »

En application de ces principes, la loi du 15 mars 2002, promulguée par le président Chirac, spécifie :
« Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit.
Le règlement intérieur rappelle que la mise en œuvre d’une procédure disciplinaire est précédée d’un dialogue avec l’élève. »

Quelles que soient les valeurs dont peuvent se réclamer les citoyens, ces principes doivent être ceux de tous.
Il n’est sans doute pas inutile de le rappeler dans l’hystérisation actuelle du débat public
J’y reviendrai bientôt.

Répondre à cet article

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0