La Seyne sur Mer

Site de René Merle, historien et écrivain.

Éditorial

vendredi 1er mai 2020, par René Merle

L’homme est un pont...

Hestia la déesse du foyer, Hermès le nomade, dieu des routes et des carrefours…
« Les Grecs anciens les ont exprimés sous la forme d’un couple de divinités unies et opposées. […] Pour qu’il y ait véritablement un dedans, encore faut-il qu’il s’ouvre sur le dehors pour le recevoir en son sein. Et chaque individu humain doit assumer sa part d’Hestia et d’Hermès. Pour être soi, il faut se projeter vers ce qui est étranger, se prolonger dans et par lui. Demeurer enclos dans son identité, c’est se perdre et cesser d’être. On se connaît, on se construit par le contact, l’échange, le commerce avec l’autre. Entre les rives du même et de l’autre, l’homme est un pont. »
Jean Pierre Vernant, La Traversée des frontières, 2004


Articles récents

  • Insurrection légale ?

    28 mai, par René Merle

    "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs". Ainsi lisait-on dans la Constitution de l’An I (1793), article 35. Mais il est vrai que cette constitution ne fut jamais appliquée, et que par une insurrection parlementaire « légale » menée par les modérés manipulés par les pourris, ces "terroristes" à peine repentis et ivres de pouvoir, de jouissance et de fric, (...)

  • Encore sur l’identité, mon rapport à Marseille. La Belle de Mai

    27 mai, par René Merle

    J’écrivais récemment, à propos de l’isolat marseillais, qu’il est à la fois si près (60 kms) et si loin de nous (mentalités spécifiques).
    Cet isolat fait pourtant partie de mon identité. Il a inspiré un de mes romans noirs, Treize reste raide, au point que bien des lecteurs ont pensé que j’étais Marseillais.
    Oui, Marseille est une des facettes de mon identité.
    Je crois l’avoir surtout écrit dans une nouvelle, et c’est ma nouvelle préférée : "La belle de Mai" :
    La Belle de Mai, nouvelle
    Et cet air qui me (...)

  • Appel des 150, la Gauche "Y a qu’à"...

    27 mai, par René Merle

    J’ai évoqué il y a quelques jours l’appel lancé par 150 personnalités de gauche, et non des moindres : « Au cœur de la crise, construisons l’avenir ». Un appel de plus dans la foule des appels supposés ouvrir un avenir meilleur. Et j’avais répercuté aussitôt le sévère commentaire du philosophe Denis Collin : À propos d’un Appel, un de plus.... J’avais ensuite donné mon point de vue personnel sur cette initiative à l’égard de laquelle j’étais plus que méfiant, tellement le retour en rang serré de la upper class (...)

  • Encore sur l’identité. L’affiche rouge...

    26 mai, par René Merle

    jefka59
    Ainsi Ferré chanta Aragon...
    Un rappel de ce que trop de « vieux » ont tendance à oublier, et de ce que trop de jeunes ignorent : le rôle des résistants communistes de la MOI (Main d’œuvre immigrée) FTP (Francs tireurs et partisans, groupes combattants), capturés par la police française et livrés à l’occupant. Ceux du groupe Manouchian seront fusillés en février 1944.
    Quelle identité est la plus noble ? Celle de ces étrangers internationalistes antifascistes, ou celle de ces policiers français, et (...)

  • Identités ! Jolie Môme. Sans la nommer...

    26 mai, par René Merle

    Paroles de George Moustaki

  • Quelques nouvelles du déconfinement...

    25 mai, par René Merle

    Nécessité du corps, les grandes surfaces comme les supérettes sont pleines. Plaisir retrouvé de la vie, un monde fou à la plage paraît-il. Nous avons enfin pu voir notre fille dans son foyer, à distance respectueuse et sous le regard amical d’une éducatrice. Tous masqués évidemment. Quand nous sortons, bien peu encore, ringards que nous sommes de la catégorie octogénaires sensibles, nous continuons à nous masquer. Ce qui est de moins en moins le cas de qui nous croisons. Premières grosses chaleurs, (...)

  • Encore sur l’identité, et pas n’importe laquelle ! Aryens...

    25 mai, par René Merle

    Confinement aidant, je me suis aussi replongé dans les œuvres de l’éminent archéologue et professeur de protohistoire Jean-Paul Demoule, (plusieurs fois mentionné sur ce site - voir ce mot clé), et notamment dans Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident De cette plongée vertigineuse, et critique, dans le mythe d’un foyer « indo-européen premier », vite baptisé « aryen » en Allemagne, dont dériveraient nos civilisations européennes, je reviens ici sur les pages consacrées à (...)

  • Le philosophe ignorant...

    24 mai, par René Merle

    Voici l’entame de l’opuscule Le philosophe ignorant que Voltaire fit prudemment publier sans nom d’auteur en 1766...
    "Premier doute Qui es-tu ? d’où viens-tu ? que fais-tu ? que deviendras-tu ? c’est une question qu’on doit faire à tous les êtres de l’univers, mais à laquelle nul ne nous répond. Je demande aux plantes quelle vertu les fait croître, et comment le même terrain produit des fruits si divers ? Ces êtres insensibles et muets, quoique enrichis d’une faculté divine, me laissent à mon ignorance (...)

  • Nos ancêtres du mouvement social

    23 mai, par René Merle

    XIXe siècle (jusqu’en 1914). Cette rubrique présente une série de textes, ou d’extraits de textes, sans doute bien connus des historiens (lesquels sont de plus en plus spécialistes seulement de telle période, de telle thématique). À quoi bon les publier à nouveau ? Il est évident que cela serait superflu si je m’adressais qu’à ces spécialistes, qui n’en ont que faire. Mais justement, mon propos "n’est que", c’est déjà beaucoup, de les proposer, de les faire découvrir à des lecteurs, à des amis, qui ne sont (...)

  • L’estaca

    22 mai, par René Merle

    Encore sur l’identité. Voici L’estaca (Le Pieu), inoubliable hymne de liberté que le jeune chanteur compositeur catalan Lluís Llach lança courageusement en 1968, en plein franquisme, quand la lutte contre le fascisme et celle pour la dignité catalane bafouée allaient de pair. Double proclamation identitaire qui a pris d’autres sens avec la chute du franquisme. D’un côté, innombrables traductions d’une chanson emblématique de la résistance à toutes les oppressions, de l’autre polarisation sur l’identité (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1690

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP