La Seyne sur Mer

Site de René Merle, historien et écrivain.

Éditorial

mardi 1er septembre 2020, par René Merle

Comment ne ferais-je pas mien le propos de Montaigne quand je vois ce qui m’entoure ?
"Mon monde est failli, ma forme est vidée. Je suis tout du passé" (Montaigne, Essais, III, 10).


Articles récents

  • Voltaire et Spinoza

    27 octobre, par René Merle

    Voltaire et Spinoza ? Allez, révisons un peu nos Lumières. J’ai déjà donné un extrait de ce Philosophe ignorant que Voltaire fit prudemment publier en 1766, sans nom d’auteur, mais dans un anonymat transparent,... Cf. : Voltaire, "Le philosophe ignorant"... Voyons maintenant comment, poursuivant sa longue et ironique promenade à travers les systèmes philosophiques du passé (dont il dit sortir aussi ignorant qu’il y était entré), ce que Voltaire dit de Spinoza. Voltaire présente, ma foi fort (...)

  • Éradicateurs, Algérie

    26 octobre, par René Merle

    Lu dans Liberté d’Alger de ce jour :
    Liberté Éradicateurs

  • Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage. Jean-Luc Mélenchon et « l’islamo gauchisme ».

    24 octobre, par René Merle

    Il faudrait être bien naïf pour ne pas voir que les imprécations de la double opposition dite de gouvernement contre l’islamo gauchisme, visent avant tout à jeter un voile pudique sur l’impéritie en matière d’islamisme des gouvernements successifs de MM. Sarkozy et Hollande. Ajoutons, du côté de la gauche dite modérée, l’espoir de récupérer une partie des électeurs de la France Insoumise irrités par M. Mélenchon. Du côté du gouvernement, la manœuvre est tout aussi claire : se dédouaner, et dégommer un (...)

  • Samuel Paty. Un article de Marc Midan dans lequel je me retrouve

    23 octobre, par René Merle

    Le double assassinat de Samuel Paty

  • Robespierre et l’athéisme

    23 octobre, par René Merle

    La situation actuelle ne peut qu’inciter, une fois de plus, l’athée que je suis à considérer la réalité et la complexité du fait religieux. L’étude de la période révolutionnaire a toujours été pour moi palpitante, et je me suis souvent demandé comment je me serais situé dans ce second semestre 1793 où, dans un contexte tragique de guerres aux frontières, de soulèvements intérieurs, de violentes divisions politiques éclataient au sein même de l’équipe dirigeante. Alors qu’une partie des Sans Culottes se (...)

  • Algérie. Littérature et islamisme

    22 octobre, par René Merle

    Algérie, si lointaine et si proche... Un point de vue du chroniqueur du quotidien algérien Liberté, Amin Zaoui, sur la situation culturelle algérienne :
    « Le mensonge littéraire Les arts sont plus abondants que les idéologies. Plus amples que toutes les religions, qu’importe la religion. Les arts en général et la littérature en particulier dérangent l’idéologie hégémonique ou la religion dominante. Les despotes propulsés et soutenus par une idéologie divine ou séculière, qu’importe, ne cherchent qu’à (...)

  • Après le meurtre, parole d’enseignant

    21 octobre, par René Merle

    Le meurtre du collègue professeur d’histoire me bouleverse en tant qu’être humain, en tant que citoyen, mais aussi en tant qu’ex enseignant. J’ai hésité avant d’en parler à titre personnel, tant me révulsaient les dégoulinantes homélies de tous bords venues, et de tous lieux, y compris du tout proche entourage monarchique. Mais quand même... Voilà 24 ans que j’ai pris ma retraite, à l’âge de 60 ans. Ma vie professionnelle durant, j’ai enseigné, en collège et en lycée, des matières dites sensibles : lettres, (...)

  • 1984 réédité

    20 octobre, par René Merle

    Il n’est peut-être pas trop tard pour revenir sur les lectures du début de l’été. En ce début d’été justement, en me promenant sur Facebook je suis tombé sur ce propos d’une ancienne ministre de la Culture : « Vous cherchez une lecture d’été ? Je viens de lire la nouvelle traduction de 1984 de Georges Orwell. C’est un choc. On le cite sans vraiment s’en souvenir, ce roman, mais le redécouvrir est un plaisir immense ».
    De fait, il est toujours passionnant de relire Orwell et son invention prémonitoire de Big (...)

  • Un article de Georges Bensoussan qui remet les montres à l’heure

    19 octobre, par René Merle

    Un article remarquable de lucidité, qui nous dégage du rideau de fumée pseudo humaniste et consensuel dans lequel on nous enveloppe depuis l’assassinat, et qui nous remet les pieds sur terre :
    Gorges Bensoussan
    À lire in extenso et à faire lire !
    En ricochet à un récent article de ce site [1], j’en extrais aussi ces quelques lignes :
    « En 1981, le PCF avait mis en garde contre les conséquences sociales et culturelles pour tous les travailleurs, français et immigrés, d’une immigration favorisée par (...)

  • Les égorgeurs

    18 octobre, par René Merle

    Entendez vous dans les campagnes
    Mugir ces féroces soldats
    Ils viennent jusque dans vos bras,
    Egorger vos fils, vos compagnes
    Refrain :
    Aux armes citoyens ! Formez vos bataillons !
    Marchons, marchons,
    Qu’un sang impur abreuve nos sillons
    Et ce n’est pas avec de belles paroles que l’on s’en sortira. Serait-ce trop dire que ceux qui pensent que leur dieu est supérieur aux valeurs de la République n’ont rien à faire dans cette République ? Personne ne les y (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1780

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP