La Seyne sur Mer

Site de René Merle, historien et écrivain.

Éditorial

vendredi 1er mai 2020, par René Merle

L’homme est un pont...

Hestia la déesse du foyer, Hermès le nomade, dieu des routes et des carrefours…
« Les Grecs anciens les ont exprimés sous la forme d’un couple de divinités unies et opposées. […] Pour qu’il y ait véritablement un dedans, encore faut-il qu’il s’ouvre sur le dehors pour le recevoir en son sein. Et chaque individu humain doit assumer sa part d’Hestia et d’Hermès. Pour être soi, il faut se projeter vers ce qui est étranger, se prolonger dans et par lui. Demeurer enclos dans son identité, c’est se perdre et cesser d’être. On se connaît, on se construit par le contact, l’échange, le commerce avec l’autre. Entre les rives du même et de l’autre, l’homme est un pont. »
Jean Pierre Vernant, La Traversée des frontières, 2004


Articles récents

  • Brassens - Aragon - Il n’y a pas d’amour heureux

    11 mai, par René Merle

    Curieuse (et unique) rencontre de Brassens le libertaire, l’apolitique absolu, avec Aragon alors chantre officiel du Parti communiste, quand, en 1953, Brassens met en musique le célèbre « Il n’y a pas d’amour heureux », que les Français purent découvrir au lendemain même de la guerre. Seghers le publia en 1944 et 1946 dans La Diane française, nourrie des poèmes de la Résistance dont plusieurs avaient déjà circulé clandestinement . Mais ici, la tonalité intimiste et clairement personnelle n’est pas (...)

  • Paul Mathis - Écrire...

    10 mai, par René Merle

    En hommage à Paul Mathis, neuropsychiatre et psychanalyste, qui a aidé à vivre tant d’humains. Extrait de Paul Mathis, Instants d’écriture, Marseille, Via Valeriano, 1992.
    "On ne peut être silencieux à l’offre de la terre, de l’eau de la mer, bleue, crénelée d’écume, de la neige immensément blanche, de la lumière implacable du soleil. On ne peut répondre que par un remerciement. Écrire, ce n’est pas imiter, donner le change. C’est s’approcher d’une trame dont les mots sont des modalités de correspondance. (...)

  • Jean Salem - Épicure

    8 mai, par René Merle

    Merci Pascale pour ce beau texte d’Épicure . que tu nous donnes en commentaire à mon billet du jour - L’attachement à la vie
    J’en profite pour rendre hommage à un philosophe et militant intransigeant, dont les écrits et les conférences (voir sur le net) m’ont beaucoup apporté. Jean Salem était professeur à Paris-I Sorbonne, où il animait un séminaire intitulé « Marx au XXIe siècle ». Il était un spécialiste majeur du matérialisme antique (Démocrite, Epicure, Lucrèce...). Né le 16 novembre 1952 à Alger, il (...)

  • L’attachement à la vie

    8 mai, par René Merle

    Sans la terreur devant la mort possible, inopinée, immédiate, injuste, un peuple entier (et je m’y inclus bien sûr) n’aurait pas accepté d’être confiné et traité en enfant.
    Nous avons beau savoir que nous devons mourir, mais nous vivons comme si cela ne pouvait advenir. Il faut souvent quelque grand et terrible événement sur nous abattu pour nous le signifier. Aussi n’est-ce pas par hasard que Le mythe de Sisyphe, dont je vais citer quelques lignes, fut écrit par Camus en 1942, en pleine guerre (...)

  • USA et nous ; la servitude volontaire ?

    7 mai, par René Merle

    Je plaisantais (c’est la règle du genre) il y a peu sur ma page Facebook à propos de l’offensive médiatique contre la Chine, supposée responsable du coronavirus
    Mais je me dis que sans doute avais-je tort de plaisanter. Quand j’entends Trump et le secrétaire d’État Mike Pompeo, ancien directeur de la CIA, déclarer qu’ils ont des preuves indiscutables de la responsabilité de la Chine dans la création du virus, et donc qu’ils demandent que la Chine se soumette à leurs injonctions, je frémis un peu. Ceux (...)

  • Relire la Constitution ? Le bateau ivre...

    6 mai, par René Merle

    Je ne suis en rien juriste constitutionnaliste, mais j’ai éprouvé ces jours-ci le désir de relire notre Constitution, saine lecture :
    Constitution française
    Sans être formaliste, il me semble que notre Président prend avec elle toutes ses libertés : le gouvernement n’est plus celui qui… gouverne, mais celui qui exécute sans la moindre autonomie la volonté présidentielle, quelque peu caractérielle. Confinement levé, maintenu, national, non régional, écoles ouvertes partout, mais pas partout, masque (...)

  • P’tit Quinquin

    6 mai, par René Merle

    J’avais évoqué sur mon blog précédent, en donnant un article du dirigeant socialiste Desrousseaux-Bracke consacré à Gaston Couté et à la chanson socialiste, la figure de son père, le "goguetier" lillois Alexandre Desrousseaux (1820-1892), auteur du célèbre P’tit Quinquin. J’y reviens pour mes nouveaux lecteurs. Quelques mots donc sur cette douce et émouvante chanson, désormais emblématique de sa région.
    Créée en 1853, L’Canchon Dormoire (berceuse) en "patois" (le mot en l’occurrence n’est pas péjoratif) du (...)

  • Pasolini 1973, le nouveau fascisme hédoniste…

    5 mai, par René Merle

    Je sais je sais, le texte est archi connu, je l’avais placé sur un ancien blog en 2012 et je l’ai souvent repris depuis, tellement il est éclairant. Mais le voici, encore une fois, pour ceux qui ne le connaîtraient pas.
    Le 9 décembre 1973, Pasolini publiait dans le grand quotidien milanais Corriere della sera ce texte de dénonciation du "nouveau fascisme", qui est certainement la plus fameuse de ses chroniques. J’en extrais le noyau célèbre, que je traduis littéralement[[Molti lamentano (in questo (...)

  • La Caste...

    4 mai, par René Merle

    J’évoquais dans un billet récent l’apparition en Messie salvateur du candidat Macron en 2017. De la nature du Pouvoir et de l’après confinement... Résurgence inattendue d’une pièce maîtresse de la cosmogonie populaire : le Grand homme (le candidat ne se désignait-il pas comme jupitérien ?) providentiel. Qui connaît notre histoire en connaît aussi les avatars : de Bonaparte à de Gaulle, en passant par Louis-Napoléon, le général Boulanger… et Pétain. Des avatars qui sentaient le soufre. Rien de tel avec (...)

  • Des libertés publiques et de l’outrage au Chef de l’État...

    3 mai, par René Merle

    Ouh la la ! Après avoir lu cet article, je ne m’aventurerai plus à critiquer notre Président !
    Libertés publiques

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1680

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP