La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Lumières, Révolution française, Premier Empire

Lumières, Révolution française, Premier Empire

Dernier ajout : 19 janvier.

Articles de cette rubrique

  • Le Chant des Sanfédistes – Il canto dei Sanfedisti. Naples 1799. Quand le petit peuple combattait la Révolution

    26 décembre 2020, par René Merle

    Puisque les fins d’années sont propices aux bilans, voici, si j’en crois les statistiques, la chanson qui, fin décembre 2020, a été la plus écoutée depuis les débuts de ce site :
    Je viens d’évoquer le sanfedisme dans le billet consacré à Pagano : Pagano « l’illuminista ». Pasolini en parlait aussi dans un article précédent = Pasolini – Sur l’écartèlement des choix politiques et des choix de vie. Voyons cela de plus près, dans la contradiction (dialectique) entre une idéologie qui est à l’opposé de la mienne, (...)

  • Voltaire et Spinoza

    27 octobre 2020, par René Merle

    Voltaire et Spinoza ? Allez, révisons un peu nos Lumières. J’ai déjà donné un extrait de ce Philosophe ignorant que Voltaire fit prudemment publier en 1766, sans nom d’auteur, mais dans un anonymat transparent,... Cf. : Voltaire, "Le philosophe ignorant"... Voyons maintenant comment, poursuivant sa longue et ironique promenade à travers les systèmes philosophiques du passé (dont il dit sortir aussi ignorant qu’il y était entré), ce que Voltaire dit de Spinoza. Voltaire présente, ma foi fort (...)

  • Sur les cruautés exercées par les Espagnols en Amérique. Diderot

    7 octobre 2020, par René Merle

    On lit dans les Pensées détachées ou Fragments politiques échappés du portefeuille d’un philosophe que Diderot publia en 1772 cette réflexion qui à bien des égards ne laisse pas d’être actuelle :
    « Sur les cruautés exercées par les Espagnols en Amérique Est-ce la soif de l’or, le fanatisme, le mépris pour des mœurs simples ? ou est-ce la férocité naturelle de l’homme renaissant dans des contrées éloignées où elle n’était enchaînée ni par la frayeur des châtiments, ni par aucune sorte de honte, ni par la (...)

  • « Les Dieux ont soif », Anatole France et la Terreur

    1er octobre 2020, par René Merle

    Délaissant la sévère édition princeps de 1912, j’ai relu Les Dieux ont soif dans l’édition contemporaine Folio, avec l’éclairante préface de Marie-Claire Bancquart et son bel appareil de notes. J’avais déjà traité du roman lors d’une précédente lecture, mais j’y reviens, car chaque lecture modifie l’angle d’attaque et la réception du lecteur. Le roman de France, dit-on, ne fit pas plaisir à son ami Jaurès, car il inscrivait l’épisode de la Terreur dans sa conviction que l’homme, animal social, abuse de sa force (...)

  • Diderot et Rousseau, 1782

    25 septembre 2020, par René Merle

    J’évoquais dans un billet précédent la vénération portée à Rousseau [1] par Robespierre :
    Robespierre, le Peuple et Rousseau, 1792
    On ne peut dire que cette vénération ait été partagée par une figure marquante des Lumières radicales
    Dans une incidente de son Essai sur les règnes de Claude et de Néron [2], Diderot étrille en effet Rousseau de la belle façon
    Diderot [3], qui connut personnellement et intimement Rousseau, en pointe ici les contradictions et les inconséquences supposées ou réelles. Il lui était (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 50

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP